Dans le grand salon de l'hôtel bruxellois, on le repère facilement. Même planqué dans un coin, Sampha est immédiatement reconnaissable. Carcasse massive de doux géant à la Otis Redding, il est notamment repérable grâce à ses dreads perchées façon Basquiat. Anonyme et pourtant distinct: un bon résumé de son parcours musical jusqu'ici.
...