Vendredi dernier, le premier projet du rappeur Dave a été récompensé lors du Mercury Prize 2019. La grime sensible de l'interprète de Thiago Silva s'est démarquée parmi 12 autres albums dont les projets du furieux Slowthai et le R&B de Little Simz. Mais si ces deux genres s'explorent et se réinventent au Royaume-Uni en ce moment, ce n'est pas de manière clivante. Métissée et ce n'est pas nouveau, la scène urbaine anglaise rayonne de son inclusion et du non-conformisme de ses artistes. Même si c'est leur union qui fait leur force, voici cinq artistes en pleine ascension que le Brexit ne nous prendra pas.

Kojey Radical

"Where do I begin?", le premier track de son dernier projet Cashmere tears pose la bonne question. Car Kojey Radical n'a pas commencé hier. Artiste complet, le rappeur de 26 ans est également plasticien et a surtout déjà deux autres albums à son actifs: 23Winters (2016) et In Gods Body (2017). Dès ses débuts en 2014, la patte "Kojey" est déjà là: sonorités lourdes, flow aussi profond, mais c'est comme si l'univers du rappeur s'était éclairci au fil du temps. Premier a être fier de la singulière scène anglaise, il confiait récemment à Antidote: "Cashmere Tears est un projet 100% british. Ce n'est ni du grime, de la drill ou du R&B, tous ces genres actuellement en vogue, mais il a été réalisé avec la même énergie, dans l'idée de proposer quelque chose de brut et de fou." Il n'empêche que certains titres comme I can't go back nous font danser comme un vieux tube de soul, et que côté folie, on pense parfois à l'espiègle Pharoahe Munch. Mais non, ce n'est rien d'autre que du Kojey Radical.

Sam Wise

Sam Wise est une des figures de proue du collectif House of the Pharaohs. Si leur premier coup de lumière leur a été donné par l'ex-membre d'Odd Future Franck Ocean, ce n'est peut-être pas pour rien. Cette bande de six potes londoniens s'est créé un univers bien à eux explorant différents médias comme la musique, le graffiti et la vidéo. Du haut de ses 22 ans, Wise a explosé de son côté en 2017 avec son titre Lizzie et a déjà collaboré avec la star montante du milieu, Octavian. 1000 degrees et un an plus tard, il continue de déranger la grime à coup de singles plus turbulents les uns que les autres... Dans le dernier en date, LED, il finit en disant: "5 minutes till I hit the stage are you ready?" Oui, et l'album est même attendu.

Flohio

Pour Flohio, Eve a été la plus grande source d'inspiration. Rien d'étonnant avec ce style tomboy assumé. Mais ce n'est pas parce qu'elle ne semble pas de la même veine des jeunes divas comme Jorja Smith ou Mahalia que la rappeuse se démarque. Forte de ses origines nigériennes, Flohio emprunte au R&B, mais va également explorer des sonorités plus métalliques-électro. Le tout en gardant un phrasé très grime, qu'elle n'hésite pas à confronter aussi bien au collectif allemand Modeselektor qu'au légendaire groupe The Streets. Artiste versatile, ses morceaux sonnent déjà comme des classiques. L'esthétique de ses clips vient également y jouer un rôle: décors street, noir et blanc, fisheye... On se croirait dans le Londres des années 90. Mais Flohio et son flow acéré sont bien là.

A2

Bien que sa longue discographie soit téléchargeable gratuitement sur Internet, A2 se fait encore trop petit. Remarqué après une savoureuse section Colorsil y a deux ans, il a lui aussi collaboré avec Octavian sur le titre Flair présent sur son EP Purple sorti l'année dernière. Rappeur, producteur et ingénieur du son, A2 s'est en réalité fait repérer dès le début des années 2010 sur Soundcloud, postant singles et EPs à tout va. Son dernier en date, A Spill, est sorti cet été. A2 garde le calme de ses débuts, mais s'affirme dans des instrus plus noires et atmosphériques. Le londonien termine à la fin du mois sa toute première tournée à travers le Royaume Uni.

Lava la Rue

La vingtaine à peine, Lava la Rue (anagramme de son vrai nom Ava Laurel) vient de sortir son premier album Stitches, qui signifie points de suture. Car selon elle, c'est comme ça qu'elle travaille: sur une base R&B simple, elle vient greffer sa matière, elle "gribouille". Le résultat, propre, semble se faire rencontrer le Purple des Underachievers et le glamour dangereux d'Iamddb. Membre du collectif NiNE8, autres vilains kids de Londres, elle pose depuis ses 16 ans sur des mixtapes avec ses potes, particulièrement hautes en couleur. Ensemble, ils font également des vêtements et se tissent leur propre univers tout en restant profondément Londoners. Lava la Rue sera en concert au Botanique le 22 octobre.