Ca ne risque pas de gâcher le Mondial des Belges. Contrairement à la non sélection de Nainggolan qui résume plutôt bien l'état actuel de la société. Surtout ne pas sortir du cadre. Ne pas montrer le mauvais exemple aux gosses en fumant des clopes et en buvant des coups même avec un énorme abattage sur la pelouse. Mieux vaut faire primer le fric sur le sportif (regard vers la Chine) et la décence fiscale (clin d'oeil à l'adresse de la Suisse et du Luxembourg). En attendant, les Diables rouges s'envoleront pour Moscou sans hymne officiel. Toujours particulièrement clairvoyante, qu'il s'agisse de prolonger un entraîneur avant qu'il ait fait ses preuves ou de se trouver une petite musique pour se donner du courage et mobiliser les foules, l'Union belge n'avait rien trouvé de mieux que d'embaucher le clivant Damso avant de se rétracter face au tollé.
...

Ca ne risque pas de gâcher le Mondial des Belges. Contrairement à la non sélection de Nainggolan qui résume plutôt bien l'état actuel de la société. Surtout ne pas sortir du cadre. Ne pas montrer le mauvais exemple aux gosses en fumant des clopes et en buvant des coups même avec un énorme abattage sur la pelouse. Mieux vaut faire primer le fric sur le sportif (regard vers la Chine) et la décence fiscale (clin d'oeil à l'adresse de la Suisse et du Luxembourg). En attendant, les Diables rouges s'envoleront pour Moscou sans hymne officiel. Toujours particulièrement clairvoyante, qu'il s'agisse de prolonger un entraîneur avant qu'il ait fait ses preuves ou de se trouver une petite musique pour se donner du courage et mobiliser les foules, l'Union belge n'avait rien trouvé de mieux que d'embaucher le clivant Damso avant de se rétracter face au tollé. Qu'à cela ne tienne. Si Roméo Elvis avait décliné la proposition de l'URBSFA avant qu'elle ne prenne contact avec l'auteur de Macarena, son papa Marka aurait été le premier à dégainer et à nous pondre une chanson toute pourrie pour accompagner le Mondial. Enfin, pondre est un bien grand mot puisque le troubadour aurait recyclé It's only football, son hymne pour l'Euro 2016... Entre Lou Boland qui est parti enregistrer We Are the World dans le studio où Frank Michael a ses habitudes et Michel Michel (groupe de reprises né à la disparition de Michel Delpech) avec Beh Oui Da! et son clip tourné sur le toit du Quai 10 à Charleroi, Kiki l'innocent a commis Haka Kiki avec Jean-Luc Fonck. Tagada tsoin tsoin... Vive la tarte à la crème noire jaune rouge et les jeux de mots foireux. Même le Grand Jojo (Henri le Magnifique et Rendez-vous à Moscou marchent clairement sur ses traces) qui approche de la retraite internationale est sorti de sa torpeur. Il a écrit Goal Goal Gooaal (avec en prime la voix de Roger Laboureur) dans une chambre d'hôtel de Tournai en une heure. L'autre vieux de vieille, Lou Deprijck (Davaii Belgia), a eu recours à un prof de russe pour écrire ses paroles en phonétique et pouvoir chanter dignement dans la langue de Vladimir Poutine. En France, les chansons de Coupe du monde, ce sont souvent des humoristes et des animateurs télé qui s'y collent. En 2006, Cauet avait fait un joli carton avec Zidane y va marquer (62.000 singles vendus en 15 jours et la tête du top 50). Un titre davantage resté dans les mémoires que le Bleu Blanc Rouge d'Omar et Fred incarnant pour l'occasion différents personnages de leur Service Après-Vente des émissions. Touche Pas A Mon Poste s'était aventuré sur ce terrain boueux en 2014 avec On va la foutre au fond de Sébastien Patoche. Cette fois, le poète Cyril Hanouna a dévoilé la chanson officielle des Bleus selon Baba: On va la pécho (cette pecou mon fréro). La concurrence est rude pour la chanteuse parisienne Tal qui a fabriqué Mondial avec le rappeur marseillais Soprano. C'est beau le football quand même... Le rappeur d'origine tunisienne K2Rhym a même embarqué Ronaldinho dans le clip de Oooh La La La qui vise à soutenir les Aigles de Carthage et plus largement tous les pays arabes qualifiés pour la compétition. Comme si ce massacre ne suffisait pas, il y a aussi les hymnes internationaux de la Coupe du monde. Celui de Coca-Cola: une grosse soupe, Colors, de Jason Derulo. Et celui officiel de l'épreuve: le vilain Live it Up interprété par Nicky Jam (un Albanais du Kosovo), devenu viral, avec Era Istrefi et Will Smith en featuring. Live It Up a été produit par Diplo et s'inscrit dans le cadre d'un partenariat entre la FIFA et Sony Music. Les trois chanteurs interpréteront le morceau dans le stade de Moscou le 15 juillet avant le coup d'envoi de la finale. Surexposition assurée. Les deux titres figureront sur la mini compilation The Official Album of the 2018 FIFA World Cup. Aucun ne devrait rencontrer le succès récolté par le Waka Waka de Shakira. L'hymne pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du sud s'est classé numéro un dans une quarantaine de pays. Il s'est écoulé à dix millions d'exemplaires et serait jusqu'ici la chanson du Mondial la mieux vendue. Money money money... Il n'y a pas de petits profits. D'hymnes en musiques officiels, la FIFA collabore depuis plus de 20 ans maintenant avec Sony. La Copa de la vida de Ricky Martin (1998), Boom d'Anastacia (2002), The Time of our Lives interprété par Il Divo (2006), Sign of a Victory chanté par R Kelly (2010) et We Will Find a Way regroupant Carlos Santana, Wyclef Jean et le regretté Avicii (2014)... C'est comme ça que ça se passe, en famille, avec la Fédération internationale de football. Il y a quelques années, Nick Hornby, l'auteur de Carton Jaune (sur un supporter d'Arsenal) et d'High Fidelity (sur un disquaire malheureux en amour) résumait plutôt bien les chansons de Coupe du monde. "Elles sont souvent d'assez mauvais goût, confiait-il dans un troquet parisien en défendant tout de même le morceau de New Order pour le Mondial italien. C'est dur de dire ô combien ton pays est grand et fort. Ce n'est pas quelque chose de très naturel. Tu as envie toi d'écrire une chanson pour expliquer que la Belgique est formidable?" Pas plus que de chanter la gloire de la FIFA et du foot business en effet...