Du 12 février au 11 mai 2019, la pièce All About Eve (qui a aussi révélé Marilyn Monroe au cinéma) s'appropriera le Noël Coward Theatre de Londres. Parmi les compositions de PJ Harvey, deux morceaux sont destinés à être chantés par Gillian Anderson (X-files), l'actrice principale. John Wilson, journaliste pour la BBC, a rencontré la musicienne pour discuter de son processus créatif.

Polly Jean lui a ouvert les portes de sa maison et permis d'assister à plusieurs reprises à ses séances d'enregistrement. Le reporter s'étonnait de sa rapidité pour composer un morceau. Ce à quoi elle répond: "En deux prises, c'est généralement terminé. Après ça, tu commences à être trop précis et l'âme s'en va. " Une tasse de thé non loin d'elle, elle explique plus amplement sa méthode pour être créative et efficace. Rester vieux jeu est important dans ses démos, puisqu'elle mise plus sur de vieux équipements, comme des instruments analogiques et un enregistreur de cassettes à quatre pistes Tascam. "Il a un sifflement qui lui donne beaucoup de caractère", ajoute-t-elle.

Écrire la musique d'une pièce de théâtre illustre son attrait pour les histoires, les narrations. À la BBC, elle confie s'être rapidement identifiée à All About Eve, dont Margo la protagoniste principale est confrontée à la vieillesse, aux dommages collatéraux du succès et à la fatigue qu'il engendre. À 49 ans, Polly Jean Harvey a déjà consacré la moitié de sa vie à la musique. Le parallèle ? "Margo en est à un point où elle ressent un inconfort sur scène. Elle devient très sensible à propos de son âge ou au fait qu'on en parle. En tant qu'artiste féminine, je comprends ce sentiment. Peut-être ai-je envie de tenter une chose différente." D'où cette quête de nouvelles émotions via le théâtre.

Cette recherche de nouvelles pistes créatives n'est pourtant pas un coup d'essai pour la Britannique qui a précédemment écrit la musique de documentaires tels que Ukrajina et Towards Mathilde, puis The Nest en 2016. Cette collaboration avec Ivo Van Hove, metteur en scène du Lazarus de David Bowie en 2015, se situe dans la continuité de ses compositions narratives et ce désir de renouveau.

Sandra Farrands