Marc Moulin est emporté le 26 septembre 2008 par un cancer uniquement connu d'un cercle intime, il avait 66 ans. Une décennie plus tard, son travail musical, principalement celui des trois albums jazz-funky seventies de Placebo -rien à voir avec le band de Brian Molko- continue à fleurir dans les nouvelles générations de musiciens. Chez les jazzmen de Placenta, qui couvrent le répertoire de Placebo, ou Stuff., d'autres (jeunes) Flamands brillants, reprenant Balek et les titres d'un répertoire mouvant où l'Européen Moulin fantasme imaginativement sur les musiques noires américaines. Stuff. et l'un des compagnons de route de Moulin -le guitariste Philip Catherine- viennent de réaliser à la mi-octobre deux sold-out à Flagey avec la musique de Marc qui, mine de rien, a déjà traversé près d'un demi-siècle de modes et de tendances.
...

Marc Moulin est emporté le 26 septembre 2008 par un cancer uniquement connu d'un cercle intime, il avait 66 ans. Une décennie plus tard, son travail musical, principalement celui des trois albums jazz-funky seventies de Placebo -rien à voir avec le band de Brian Molko- continue à fleurir dans les nouvelles générations de musiciens. Chez les jazzmen de Placenta, qui couvrent le répertoire de Placebo, ou Stuff., d'autres (jeunes) Flamands brillants, reprenant Balek et les titres d'un répertoire mouvant où l'Européen Moulin fantasme imaginativement sur les musiques noires américaines. Stuff. et l'un des compagnons de route de Moulin -le guitariste Philip Catherine- viennent de réaliser à la mi-octobre deux sold-out à Flagey avec la musique de Marc qui, mine de rien, a déjà traversé près d'un demi-siècle de modes et de tendances.Auteur et partenaire d'écriture de Moulin "Je pense que Marc a poursuivi toute sa vie le Graal de la chanson idéale, fasciné par Miles Davis qui, dans la grande tradition des jazzmen, reprenait des standards de la musique populaire: ce qu'il a fait dans les années 80 en réinterprétant des morceaux de Cindy Lauper ou Michael Jackson. J'ai été étonné qu'un gars comme Marc, sorti du jazz, fût à ce point ouvert: lorsque le punk est arrivé en 1977, il y a eu un débat à la RTB et il semblait être le seul à comprendre cette génération-là."Batteur, joue sur le troisième album de Placebo "Physiquement, ça ne se voyait pas mais Marc dégageait une sorte de force tranquille, quelque chose d'intérieur de tout à fait impressionnant. En studio en tant que leader de Placebo, il ne donnait pas énormément d'explications parce qu'il avait déjà choisi les musiciens selon leur sensibilité. Il attendait leur patte, leur couleur. Dans mon cas, je suis moins un batteur de jazz que de rhythm'n'blues et je crois que c'est précisément cette option-là qu'il voulait amener dans Placebo.""En scène ou même en répétition avec Placebo, c'était le bonheur, un bel état d'esprit. En 1971, on a été invités à Montreux et Placebo a remarquablement bien joué. J'ai même décroché le prix du meilleur soliste du festival (sourire) et il y a quelques jours, on m'a appris qu'il existait un enregistrement de la soirée: en l'écoutant, je ne te raconte pas l'émotion... Marc avait énormément apprécié l'album d'Herbie Hancock sorti en 1969, Fat Albert Rotunda , qui était grosso modo l'une premières tentatives de jazz-rock : il a eu envie de nous inscrire dans cette mouvance-là."Musicien et homme de radio "En Flandre, Marc Moulin est connu pour différentes choses: la série TV populaire Callboys a repris le titre Balek de Placebo dans sa BO, des gens comme Stuff. ou Bram Weijters jouent son répertoire et puis le groupe Placenta fait carrément une fixation sur Placebo! Sa musique fonctionne parce qu'elle n'est pas hyper-produite au sens où elle serait datée: en fait, elle surmonte et dépasse son époque. Les compositions de Marc sont à la fois raffinées et simples: une caractéristique du travail musical de Moulin, que ce soit pour Placebo ou plus tard, dans Telex ou sur ses trois albums Blue Note.""Marc a toujours refusé la notoriété, il la craignait ainsi que les obligations qu'elle engendrait, même s'il a été très fier lorsque Moskow Diskow de Telex est rentré dans les charts. Marc avait une multitude de jardins secrets: il avait des facettes dont nous n'avons jamais parlé. Sa judéité? Il ne l'a jamais mentionnée, il me semble que pour lui, ça n'avait aucune importance, d'ailleurs son père n'était pas juif. Un homme extraordinaire, mort à 95 ans, dont Marc avait hérité de la maison familiale près des étangs d'Ixelles. Trois choses m'y ont frappé: pas de chaîne dans la salle à manger, pas de musique à écouter et des fauteuils inconfortables. En fait, il n'avait pas envie que les gens s'attardent, il avait envie de dormir tôt (sourire) . Et puis dans les toilettes, il y avait l'intégrale de Proust..."Chanteuse "En 2000-2001, j'étais secrétaire dans la vie et candidate à l'émission Pour la gloire où Marc, qui à l'époque ne faisait plus de musique, était juré. Il a été séduit par ce que je chantais et bien que je n'avais aucune expérience, ça lui a donné envie de repartir en studio. En est sortie la trilogie d'albums Marc Moulin sur Blue Note (Top Secret, Entertainment, I Am You) où on note son sens de la dérision, notamment via les rires à la trompette de Bert Joris. Même si la musique est alors plus "sérieuse", elle a toujours une seconde lecture, y compris dans le Balek de Placebo, son classique intemporel, qui veut dire "nigaud". Parmi les choses que je retiens de cette expérience avec Marc, c'est sa générosité : pour Into the Dark , sur le premier des trois albums Blue Note, devenu un tube, pour une seule phrase que j'avais trouvée, il m'a mise comme co-auteur. Pour le quatrième album Blue Notequi ne s'est jamais fait, Marc prévoyait de travailler avec plusieurs interprètes, dont Melanie De Biasio, avec aussi un retour au format chanson."