Les feuilles mortes se ramassent à la pelle. Et, en automne, les concerts aussi. C'est une nouvelle fois le refrain qu'entamera Autumn Falls, qui démarre ces jours-ci. Un festival? Pas vraiment. Si c'est bien comme cela qu'il a été imaginé au départ par le booker indépendant Toutpartout, l'étiquette sert surtout aujourd'hui à labelliser une série de concerts, dont les dates s'étalent entre septembre et décembre (et dont les quelques tickets combis sont épuisés depuis longtemps).

En tout, plus de 130 concerts sont annoncés, répartis sur une cinquantaine de dates. Avec forcément un peu de tout, et des esthétiques qui partent dans tous les sens. Mais avec tout de même une idée fixe: celle d'une certaine exigence musicale et d'un goût affirmé pour le rock dans ses versions les plus alternatives. Les principaux repaires indé du pays sont donc convoqués, en Flandre surtout (le Democrazy à Gand, le Depot à Leuven, etc.), mais aussi à Bruxelles (le Botanique, l'Atelier 210) et en Wallonie (le Reflektor à Liège, l'Entrepôt à Arlon)...

Impossible évidemment de détailler l'ensemble de la programmation. À défaut, on se permet tout de même de pointer les quelques concerts qui nous semblent incontournables et autres chouchous maison (l'un n'empêchant pas l'autre). Dans la première catégorie, on citera notamment le passage de José González qui inaugurera Autumn Falls avec une date au Concertgebouw de Bruges (le 24/09) et une autre à Hasselt (le 27). Les vétérans dream pop de Beach House seront eux à l'Ancienne Belgique le 13 octobre, de même que Kurt Vile et ses Violators le 30. Father John Misty est également de retour, à De Roma, Anvers, le 1er novembre: king du soft rock ironique, il viendra présenter son récent God's Favorite Customer. Mais le vrai roi de cette édition 2018 est sans aucun doute le pianiste Nils Frahm, présent quatre soirs (notamment le 06/12 au Forum de Liège). À côté de ces grosses cylindrées, on s'en voudrait de ne pas mentionner par exemple les concerts des Cocaine Piss, furieux Liégeois powered by Steve Albini (notamment le 26/10 à l'Entrepôt) ou encore celui de Bed Rugs, joyeuse entreprise flamande de pop psychédélique (le 04/10 au Volta, à Bruxelles), qui sortait cet été un nouvel album copieux, contenant pas moins de 26 morceaux. De quoi vous rhabiller avant l'hiver...

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle. Et, en automne, les concerts aussi. C'est une nouvelle fois le refrain qu'entamera Autumn Falls, qui démarre ces jours-ci. Un festival? Pas vraiment. Si c'est bien comme cela qu'il a été imaginé au départ par le booker indépendant Toutpartout, l'étiquette sert surtout aujourd'hui à labelliser une série de concerts, dont les dates s'étalent entre septembre et décembre (et dont les quelques tickets combis sont épuisés depuis longtemps). En tout, plus de 130 concerts sont annoncés, répartis sur une cinquantaine de dates. Avec forcément un peu de tout, et des esthétiques qui partent dans tous les sens. Mais avec tout de même une idée fixe: celle d'une certaine exigence musicale et d'un goût affirmé pour le rock dans ses versions les plus alternatives. Les principaux repaires indé du pays sont donc convoqués, en Flandre surtout (le Democrazy à Gand, le Depot à Leuven, etc.), mais aussi à Bruxelles (le Botanique, l'Atelier 210) et en Wallonie (le Reflektor à Liège, l'Entrepôt à Arlon)...Impossible évidemment de détailler l'ensemble de la programmation. À défaut, on se permet tout de même de pointer les quelques concerts qui nous semblent incontournables et autres chouchous maison (l'un n'empêchant pas l'autre). Dans la première catégorie, on citera notamment le passage de José González qui inaugurera Autumn Falls avec une date au Concertgebouw de Bruges (le 24/09) et une autre à Hasselt (le 27). Les vétérans dream pop de Beach House seront eux à l'Ancienne Belgique le 13 octobre, de même que Kurt Vile et ses Violators le 30. Father John Misty est également de retour, à De Roma, Anvers, le 1er novembre: king du soft rock ironique, il viendra présenter son récent God's Favorite Customer. Mais le vrai roi de cette édition 2018 est sans aucun doute le pianiste Nils Frahm, présent quatre soirs (notamment le 06/12 au Forum de Liège). À côté de ces grosses cylindrées, on s'en voudrait de ne pas mentionner par exemple les concerts des Cocaine Piss, furieux Liégeois powered by Steve Albini (notamment le 26/10 à l'Entrepôt) ou encore celui de Bed Rugs, joyeuse entreprise flamande de pop psychédélique (le 04/10 au Volta, à Bruxelles), qui sortait cet été un nouvel album copieux, contenant pas moins de 26 morceaux. De quoi vous rhabiller avant l'hiver...