On commence par s'excuser. Si, officiellement, Pablo's Eye fête ses trois décennies d'existence cette année, on a découvert sa musique il n'y a que quelques mois à peine -à la faveur, qui plus est, d'une chronique publiée par le webzine américain Pitchfork. " Oh, je ne vous en veux pas. Ça fait une vingtaine d'années qu'on n'avait plus vraiment sorti quoi que ce soit." Aux manettes du collectif bruxellois, Axel Libeert n'est manifestement pas du genre à s'offusquer. Encore moins à la ramener. " Je ne suis demandeur de rien", sourit-il, s'excusant presque de parler "autant" de lui, même si c'est pour cela que l'on est venu. Au bout d'une grosse heure de discussion, il ne demande pas, comme la plupart, " quand" sera publié l'article, mais bien "si", et, " au cas où", si l'on a besoin éventuellement de visuel. Une demi-heure plus tard, le fichier photo est là: la violoniste/guitariste Baum, alias Hendrike Scharmann, au premier plan; lui, en retrait, les yeux clos.
...