Le coeur du quartier européen palpitera aux vibes urbaines ce samedi. Pour la 11e année consécutive, le Festival Expressions Urbaines ou #FEU2018 revient à la charge. Auparavant situé à la place Flagey, l'évènement prend désormais ses quartiers à la Dalle du Parlement européen. Le festival s'actualise et veut dorénavant attirer un plus grand public, hors des initiés. "Le milieu hip-hop est au courant de ce qui se fait, mais pas monsieur et madame tout-le-monde. Pour cela, nous devons davantage communiquer", constate B-Flow, qui coorganise #FEU2018 au travers son absl, aidé entre autres de CLNK représenté par Céline Kayogera.

Si les mordus de la culture hip-hop répondent présent, c'est peut-être pour le côté transversal que transmet le festival comme le témoigne l'intéressé: "en réalité, quand on parle d'expressions urbaines, c'est au sens large du terme. Le hip-hop se retrouve dans l'urbain, mais il n'y a pas que cela." Ces propos ne viennent pas de la bouche d'un amateur, puisque B-Flow baigne dans le milieu depuis son adolescence. "Cette culture m'a sauvé. Quand je vois des jeunes qui veulent organiser quelque chose, je leur donne de la force. C'est le rôle de notre asbl", nous confie-t-il. Ce beatboxer, originaire du Hainaut, a d'abord fait ses preuves là-bas avant de monter à Bruxelles où il estime les projets plus réalisables. "Nous voulions mettre le hip-hop en avant en Wallonie, mais nous n'étions pas pris au sérieux. On est venu à Bruxelles et tout a été plus rapide."

Un concours en partenariat avec Tarmac

#FEU2018 n'est pas juste une histoire de diverses animations en plein air dédiées à la culture urbaine. En effet, tout au long du mois d'août, une dizaine d'artistes ont participé à un tremplin musical. Ces derniers ont été sélectionnés par un jury de professionnels du monde musical. B-Flow en faisait partie: "je recherchais avant tout s'il y avait du contenu, de l'écriture et une certaine forme de talent." Des musiciens avec une personnalité artistique déjà bien construite qui devaient faire face aux réalités oubliées du métier. "Quand on a une production, on doit la défendre auprès de son socle de fans. On doit communiquer, jouer le jeu et construire une dynamique. Les finalistes ont correctement joué. Malheureusement, beaucoup ont du potentiel qu'ils ne savent pas ou ne veulent pas exploiter. Ils souhaitent rester en indépendant, mais c'est difficile d'exister comme ça. Quand on fait des retours aux artistes non sélectionnés, on leur dit: "Tu as fait des vidéos?" Ils me disent non", constate le beatboxer.

Impact, lauréat du tremplin musical #FEU2018 © Festival Expressions Urbaines

Après le jury, les 10 artistes ont dû faire face à la dure loi des réseaux sociaux. Un véritable test grandeur nature. Les internautes devaient liker sur la page de #FEU2018 les artistes qu'ils souhaitaient voir arriver en finale. C'est finalement Impact qui se retrouve lauréat du concours à l'issue de la finale organisée le 7 septembre dernier. Deux enjeux de taille pour le jeune artiste: l'ouverture de la scène du festival ce samedi et la mise en lumière par Tarmac. Le média urbain de la RTBF est l'un des partenaires de #FEU2018. Une association "naturelle" si l'on en croit B-Flow: "ils ont accueilli la finale du tremplin et ils nous donneront de la force le jour du festival." Tout un programme.

#FEU2018, samedi 29 septembre 2018 de 13h à 23h, Dalle du Parlement européen.

Mostefa Mostefaoui