"Les attentats de Paris, l'instauration du niveau 4 à Bruxelles et les mesures dites de sécurité prises en France et en Belgique ont conduit à un ralentissement très net de l'activité économique. Ici à Bruxelles, la Chambre de Commerce, les fédérations professionnelles de l'Horeca, de la grande distribution et des commerces ont déjà fait état de leurs inquiétudes en la matière. Tous les grands et petits événements dans les secteurs du sport et de la culture ont également été touchés", souligne la SMart.

"La fermeture des théâtres, l'annulation de manifestations événementielles, des concerts, des visites guidées, de conférences diverses, de certains centres d'enseignement et de formation, a évidemment un impact sur les résultats des entreprises qui en sont les organisatrices." L'association s'attèle désormais à évaluer le coût, "la perte sèche que ces travailleurs, plusieurs centaines, ont subie de plein fouet".

La SMart prend la décision de constituer un fonds d'indemnisation pour tous ses membres dont les jobs ont été annulés ou le seront encore prochainement, à la suite des événements et des décisions prises par ou imposées aux entreprises clientes.

Elle appelle les divers ministres concernés (Joëlle Milquet, Sven Gatz, Didier Reynders, Rudi Vervoort et Didier Gosuin) à indemniser les travailleurs du secteur. "SMart le fera. Cependant ses ressources propres, adossées à la solidarité de tous ses membres et clients, ne peuvent être seules mises à contribution. Il s'agit d'un problème qui dépasse largement le périmètre de SMart. Pour une fois, pour cette fois au moins, les travailleurs intermittents et précaires doivent être pris en compte au plus haut niveau politique", conclut-elle.

"Les attentats de Paris, l'instauration du niveau 4 à Bruxelles et les mesures dites de sécurité prises en France et en Belgique ont conduit à un ralentissement très net de l'activité économique. Ici à Bruxelles, la Chambre de Commerce, les fédérations professionnelles de l'Horeca, de la grande distribution et des commerces ont déjà fait état de leurs inquiétudes en la matière. Tous les grands et petits événements dans les secteurs du sport et de la culture ont également été touchés", souligne la SMart. "La fermeture des théâtres, l'annulation de manifestations événementielles, des concerts, des visites guidées, de conférences diverses, de certains centres d'enseignement et de formation, a évidemment un impact sur les résultats des entreprises qui en sont les organisatrices." L'association s'attèle désormais à évaluer le coût, "la perte sèche que ces travailleurs, plusieurs centaines, ont subie de plein fouet". La SMart prend la décision de constituer un fonds d'indemnisation pour tous ses membres dont les jobs ont été annulés ou le seront encore prochainement, à la suite des événements et des décisions prises par ou imposées aux entreprises clientes. Elle appelle les divers ministres concernés (Joëlle Milquet, Sven Gatz, Didier Reynders, Rudi Vervoort et Didier Gosuin) à indemniser les travailleurs du secteur. "SMart le fera. Cependant ses ressources propres, adossées à la solidarité de tous ses membres et clients, ne peuvent être seules mises à contribution. Il s'agit d'un problème qui dépasse largement le périmètre de SMart. Pour une fois, pour cette fois au moins, les travailleurs intermittents et précaires doivent être pris en compte au plus haut niveau politique", conclut-elle.