C'est le site spécialisé CaliforniaRocker.com qui a révélé l'information dimanche, sur la base de sources non identifiées. Le décès a ensuite été confirmée au Guardian par son bassiste Sam Bolle.

Dick Dale, de son vrai nom Richard Monsour, est né en 1937 à Boston d'une mère polonaise et d'un père libanais. Lui-même bon surfeur, il a créé un style de rock essentiellement instrumental appelé "surf rock" et est considéré comme le premier guitariste de rock à intégrer les gammes orientales à son jeu. Il joint aux techniques du trémolo, du staccato et du bourdon une utilisation systématique de la réverbération poussée à l'extrême, procédés devenus caractéristiques du son "surf". Dans une interview au New York Times en 1994, il décrivait son "style de staccato de mitrailleuse lourde" en référence à "la puissance de Mère nature, de notre terre et de notre océan".

Sorti en 1962, Misirlou, le titre le plus connu de Dick Dale, est redevenu populaire en 1994 grâce à la bande originale du film Pulp Fiction de Quentin Tarantino.

Avec son groupe Del-Tones fondé à la fin des années 50, Dick Dale a produit des albums de surf révolutionnaires comme Surfer's Choice en 1962 et King of the Surf Guitar en 1963. Sa chanson Let's Go Trippin est souvent considérée comme le premier titre "surf".

Il avait travaillé avec le fabricant de guitares électriques Leo Fender pour concevoir des amplis capables de supporter des volumes assourdissants. Ce qui lui valut le surnom de "père du heavy metal".

La cause de sa mort n'a pas encore été précisée, mais il accusait des problèmes de santé depuis quelques années. Selon California Rocker, il continuait tout de même à monter sur scène.

L'ex-Beach Boy Brian Wilson lui a aussitôt rendu hommage: "Le jeu de guitare de Dick a eu une énorme influence sur nous tous", a-t-il tweeté. Les Beach Boys avaient d'ailleurs repris Misirlou sur leur album Surfin' USA en 1963. "RIP Dick Dale - Père de la guitare surf. On te doit tous beaucoup. Rock on", a écrit de son côté Brian May, le guitariste de Queen.

Avec Belga et l'AFP