DC Salas, né alors que la new-beat cartonnait, est aujourd'hui, malgré son jeune âge donc, déjà une personnalité incontournable de la scène électronique belge. Son nom reste certes un peu underground mais sans aucun doute plus pour très longtemps, son premier album perso en phase de finalisation allant assurément marquer un passage à l'étape supérieure pour celui qui a déjà sorti quelques maxis bien écoutés, dont Peru, le plus connu, gère le label Biologic Records, a produit du remix à la pelle et s'agite sur scène avec Mugwump, "groupe" avec qui il enregistrera également un nouvel album dans les mois qui viennent, après un Unspell cette année très remarqué.

Un agenda chargé qui ne fait curieusement pas vivre cet "employé du mois", Diego travaillant en journée pour une grosse boîte de digital marketing au patron très médiatique. Mais avec un CV pareil, comment ne pas parler de la nuit bruxelloise, de la scène électronique belge et de la difficulté de se faire remarquer les sorties dans un secteur où il pleut chaque heure des dizaines de nouveautés? Et puis, d'un peu blaguer et de faire de drôles de bruits dans le micro aussi, sans quoi ce ne serait pas un Focus Brolcast. (sc)

DC Salas, né alors que la new-beat cartonnait, est aujourd'hui, malgré son jeune âge donc, déjà une personnalité incontournable de la scène électronique belge. Son nom reste certes un peu underground mais sans aucun doute plus pour très longtemps, son premier album perso en phase de finalisation allant assurément marquer un passage à l'étape supérieure pour celui qui a déjà sorti quelques maxis bien écoutés, dont Peru, le plus connu, gère le label Biologic Records, a produit du remix à la pelle et s'agite sur scène avec Mugwump, "groupe" avec qui il enregistrera également un nouvel album dans les mois qui viennent, après un Unspell cette année très remarqué. Un agenda chargé qui ne fait curieusement pas vivre cet "employé du mois", Diego travaillant en journée pour une grosse boîte de digital marketing au patron très médiatique. Mais avec un CV pareil, comment ne pas parler de la nuit bruxelloise, de la scène électronique belge et de la difficulté de se faire remarquer les sorties dans un secteur où il pleut chaque heure des dizaines de nouveautés? Et puis, d'un peu blaguer et de faire de drôles de bruits dans le micro aussi, sans quoi ce ne serait pas un Focus Brolcast. (sc)