Le juge John Kronstadt a également statué que la moitié des droits d'auteurs générés sur le titre "Blurred Lines" reviendrait désormais à la famille du légendaire musicien soul.

Il a refusé la demande d'un nouveau procès présentée par Robin Thicke et Pharrell Williams et jugé que le rappeur Clifford "T.I." Harris Jr., crédité sur le titre, devrait tenir sa part de responsabilité dans la condamnation pour plagiat. Les labels de musique Universal, Interscope et Star Trak Entertainment doivent également être tenus responsables, a-t-il ajouté dans cet arrêt rendu mardi.

En mars, un tribunal de Los Angeles avait estimé que Robin Thicke et Pharrell Williams avaient enfreint les droits d'auteur de Marvin Gaye pour son titre légendaire de 1977, "Got to give it up". Il avait accordé environ 4 millions de dollars de dommages et intérêts et quelque 3,4 millions de dollars au titre des revenus générés par "Blurred Lines", tube planétaire de l'été 2013.

Ce jugement avait créé l'émoi dans l'industrie musicale.

Le juge John Kronstadt a également statué que la moitié des droits d'auteurs générés sur le titre "Blurred Lines" reviendrait désormais à la famille du légendaire musicien soul. Il a refusé la demande d'un nouveau procès présentée par Robin Thicke et Pharrell Williams et jugé que le rappeur Clifford "T.I." Harris Jr., crédité sur le titre, devrait tenir sa part de responsabilité dans la condamnation pour plagiat. Les labels de musique Universal, Interscope et Star Trak Entertainment doivent également être tenus responsables, a-t-il ajouté dans cet arrêt rendu mardi. En mars, un tribunal de Los Angeles avait estimé que Robin Thicke et Pharrell Williams avaient enfreint les droits d'auteur de Marvin Gaye pour son titre légendaire de 1977, "Got to give it up". Il avait accordé environ 4 millions de dollars de dommages et intérêts et quelque 3,4 millions de dollars au titre des revenus générés par "Blurred Lines", tube planétaire de l'été 2013. Ce jugement avait créé l'émoi dans l'industrie musicale.