On ne présente plus Benjamin Schoos alias Miam Monster Miam, apparu il y a 20 ans sur la scène pop/rock wallonne avec un univers bien à lui et une musique alors sous haute influence Beck (ses années bricolo). L'Orson Welles de Seraing a toutefois rapidement artistiquement évolué et aujourd'hui, à 38 ans, il est réellement devenu un véritable don, un parrain, de la musique de nos régions; régnant sur la grande famille Freaksville, du nom de son label, et sur Radio Rectangle, la webradio tout spécialement destinée à ceux qui ne se feront jamais à la soupe déversée par bien 95% des ondes hertziennes belges. Derrière la pignolade et l'amour toujours un peu ado de la musique bizarre et quelque peu déviante se cache toutefois de petites entreprises qui marchent bien et un réseau international qui fait pas mal de jaloux. Le temps d'un talk-show toujours un peu approximatif, on aborde tout cela et quelques autres choses, comme le fait de gérer les fans de Frédéric François sur les réseaux sociaux et de fabriquer de la musique de films porno polonais ou des logiciels capables de composer de la musique new-age sans aide humaine. En vous remerciant, bonsoir. (sc)

On ne présente plus Benjamin Schoos alias Miam Monster Miam, apparu il y a 20 ans sur la scène pop/rock wallonne avec un univers bien à lui et une musique alors sous haute influence Beck (ses années bricolo). L'Orson Welles de Seraing a toutefois rapidement artistiquement évolué et aujourd'hui, à 38 ans, il est réellement devenu un véritable don, un parrain, de la musique de nos régions; régnant sur la grande famille Freaksville, du nom de son label, et sur Radio Rectangle, la webradio tout spécialement destinée à ceux qui ne se feront jamais à la soupe déversée par bien 95% des ondes hertziennes belges. Derrière la pignolade et l'amour toujours un peu ado de la musique bizarre et quelque peu déviante se cache toutefois de petites entreprises qui marchent bien et un réseau international qui fait pas mal de jaloux. Le temps d'un talk-show toujours un peu approximatif, on aborde tout cela et quelques autres choses, comme le fait de gérer les fans de Frédéric François sur les réseaux sociaux et de fabriquer de la musique de films porno polonais ou des logiciels capables de composer de la musique new-age sans aide humaine. En vous remerciant, bonsoir. (sc)