"Nous avons choisi une artiste à la voix singulière, qui utilise des paroles d'une beauté remarquable pour évoquer les thèmes complexes de la santé mentale et la sexualité, et qui est absolument en phase avec sa génération", a déclaré la DJ, autrice et animatrice radio Annie MacManus, en annonçant le nom de la gagnante.

Londonienne aux racines françaises, nigérianes et tchadiennes, Arlo Parks est une chanteuse, compositrice et poétesse âgée de tout juste 21 ans. Son premier album, empruntant au trip hop et à la soul, est sorti en janvier 2021 et a atteint la troisième place dans les charts britanniques. Après l'annonce de sa victoire, la jeune femme a déclaré qu'il lui avait fallu "beaucoup de travail et de sacrifices pour y arriver".

Douze albums étaient en lice pour le prix et dix des douze nominés se sont produits jeudi soir sur la scène de l'Eventim Apollo, célèbre salle de concert située dans le quartier d'Hammersmith, dans l'ouest de Londres, lors d'un événement diffusé sur la BBC. Parmi eux des artistes dont les albums ont caracolé dans les ventes comme le groupe de post-rock écossais Mogwai, la chanteuse soul Celeste, et le groupe de rock Wolf Alice, qui avait remporté le Mercury Prize il y a trois ans.

Se sont aussi produits l'artiste électro Hannah Peel, la saxophoniste de jazz Nubya Garcia, les rappeurs Berwyn et Ghetts ainsi que le groupe post-rock Black Country New Road, reflètant une sélection très diverse.

Parmi les favoris figurait le groupe Sault, qui ne s'est pas produit jeudi soir et dont l'identité des membres est mystérieuse.

Créé en 1992, le Mercury Prize récompense le meilleur album par un artiste britannique ou irlandais. Outre la notoriété, le vainqueur remporte 25.000 livres (29.000 euros). Dans le palmarès on retrouve notamment PJ Harvey, Alt-J, Portishead, Arctic Monkeys, The xx ou encore Franz Ferdinand. L'an dernier, le chanteur britannique Michael Kiwanuka avait été récompensé pour son troisième album, Kiwanuka, aux sonorités folk et soul.

"Nous avons choisi une artiste à la voix singulière, qui utilise des paroles d'une beauté remarquable pour évoquer les thèmes complexes de la santé mentale et la sexualité, et qui est absolument en phase avec sa génération", a déclaré la DJ, autrice et animatrice radio Annie MacManus, en annonçant le nom de la gagnante.Londonienne aux racines françaises, nigérianes et tchadiennes, Arlo Parks est une chanteuse, compositrice et poétesse âgée de tout juste 21 ans. Son premier album, empruntant au trip hop et à la soul, est sorti en janvier 2021 et a atteint la troisième place dans les charts britanniques. Après l'annonce de sa victoire, la jeune femme a déclaré qu'il lui avait fallu "beaucoup de travail et de sacrifices pour y arriver".Douze albums étaient en lice pour le prix et dix des douze nominés se sont produits jeudi soir sur la scène de l'Eventim Apollo, célèbre salle de concert située dans le quartier d'Hammersmith, dans l'ouest de Londres, lors d'un événement diffusé sur la BBC. Parmi eux des artistes dont les albums ont caracolé dans les ventes comme le groupe de post-rock écossais Mogwai, la chanteuse soul Celeste, et le groupe de rock Wolf Alice, qui avait remporté le Mercury Prize il y a trois ans.Se sont aussi produits l'artiste électro Hannah Peel, la saxophoniste de jazz Nubya Garcia, les rappeurs Berwyn et Ghetts ainsi que le groupe post-rock Black Country New Road, reflètant une sélection très diverse.Parmi les favoris figurait le groupe Sault, qui ne s'est pas produit jeudi soir et dont l'identité des membres est mystérieuse.Créé en 1992, le Mercury Prize récompense le meilleur album par un artiste britannique ou irlandais. Outre la notoriété, le vainqueur remporte 25.000 livres (29.000 euros). Dans le palmarès on retrouve notamment PJ Harvey, Alt-J, Portishead, Arctic Monkeys, The xx ou encore Franz Ferdinand. L'an dernier, le chanteur britannique Michael Kiwanuka avait été récompensé pour son troisième album, Kiwanuka, aux sonorités folk et soul.