"J'ai connu une meuf, une footeuse, je l'appelais Patator. Elle ne mouftait pas mais ça la vexait, ça la heurtait. "Patator", pour elle, c'était "grosse patate". Elle se sentait donc insultée et elle était même complètement sidérée que je lui balance du "Patator" comme ça tranquillou à chaque fois que je la croisais, tout sourire, vraiment l'air de rien. Un jour, elle s'est fâchée. "M'enfin, t'es con, je lui ai répondu. Patator, c'est le surnom que donnaient les Guignols de l'Info à Jean-Pierre Papin et ils l'appelaient comme ça parce que ce type réussissait des buts incroyables, qu'il pouvait foutre des grosses patates atomiques tout au fond des cages adverses à partir d'un milieu de terrain." Bref, je ne la traitais nullement de tubercule difforme. Je lui donnais carrément le surnom d'un buteur de légende, laissant entendre qu'elle aussi devait être une tueuse dans son sport de prédilection. Moralité de l'histoire: mieux vaut s'informer avant de se monter le bourrichon tout seul dans sa tête. Sauf que c'était il y a bien longtemps, cette affaire, et que cette petite morale n'a aujourd'hui plus cours du tout. S'informer avant de l'ouvrir? S'informer avant de condamner? Hé, ho. On n'est plus en 1995, papy...
...