"Paralanguage"

Fin 2017, le quatrième album de cet Anglais voyageur installé à Bruxelles convoquait quelques fantômes d'amour et de mort dans des chansons amniotiques. Ce cinquième volume s'a...

Fin 2017, le quatrième album de cet Anglais voyageur installé à Bruxelles convoquait quelques fantômes d'amour et de mort dans des chansons amniotiques. Ce cinquième volume s'accroche davantage à des expériences oniriques, apaisées, méditatives, selon les dires du chanteur, " dans des tanks de flottaison, en nageant dans l'eau froide et lors d'une journée d'été sous consommation de truffes à la psilocybine". Musicalement, il s'agit toujours de claviers volatiles -récupérés dans de vieux stocks- et d'une voix gazeuse haut perchée: une tête dans les nuages et le coeur d'artichaut, histoire de rêver éveillé sur huit titres cousins de la mélancolie flottante. Pour un résultat global entre cataplasme ambient ( Lacuna) et berceuses électroniques enveloppantes (le reste).