"Un jour, on m'a dit que c'était si laid que même le diable en avait peur", confie une intervenante. Omniprésent dans le langage familier, en la plupart des cas et des régions synonyme d'insulte (" con" n'est-il pas l'une des plus répandues de la langue française?), le sexe féminin reste encore et toujours profondément tabou. Sa diabolisation et sa dévalorisation en sont les preuves flagrantes. Entre fascination pour le pouvoir de donner la vie et terreur du désir au féminin ( "le désir, c'est l'autonomie et donc le pouvoir"), la vu...