Depuis qu'ils travaillent à quatre mains, l'un s'occupe de l'image, et l'autre du son. Prolongement logique: lorsqu'on les rencontre au festival de Namur, c'est tout naturellement que le premier, Guillaume Vandenberghe, laisse au second, Vincent Coen, le soin d'énoncer leur pensée, qu'il vient appuyer à l'occasion. Bruxellois, ces deux-là se connaissent depuis l'adolescence, lorsqu'ils officiaient au sein d'un même groupe punk, expérience dont ils ont conservé le goût du Do It Yourself. Ainsi de Cinema Inch'Allah! ( lire critique page 31) , un premier long métrage docum...