Série créée par Simon Mirren et David Wolstencroft. Avec George Blagden, Alexander Vlahos, Noémie Schmidt, Anna Brewster, Tygh Runyan. Distr: Universal StudioCanal.
...

Série créée par Simon Mirren et David Wolstencroft. Avec George Blagden, Alexander Vlahos, Noémie Schmidt, Anna Brewster, Tygh Runyan. Distr: Universal StudioCanal. 6 La seconde saison de la série historique de Canal Plus reprend le cours de l'Histoire quatre ans après les événements de la saison 1, mise à mal par les complots ourdis contre le souverain Louis XIV. Celui-ci, loin de la superbe distance de l'histoire officielle, est toujours aux prises avec ennemis, démons et crises d'angoisse. La reine Marie-Thérèse maintient un semblant de structure au sein du somptueux château de Versailles, presque achevé. Dans cette saison qui met les femmes au centre du jeu, à l'image de la marquise de Montespan, la cour vit en semi-réclusion volontaire au sein de la cage dorée du château, s'adonne aux plaisirs de substances illicites, poudres et filtres... et résout les complots à l'aide de poisons. Versailles entend poursuivre dans la lignée de Tudors et Borgia. Mais si la réalisation réussit à rendre les fastes de l'époque et, en contrepoint, ses contre-allées souillées, elle peine à saisir l'intrigant, le sanglant, le luxuriant et le névrotique qui faisaient le sel de ces séries étalons. Si ce n'est l'intrigue policière liée à l'affaire des poisons, scandale du règne du roi Soleil s'il en est, les autres arcs demeurent un peu poussifs -à l'image de celui suivant le futur régent Philippe et son amant-, malgré tous les efforts du casting pour faire vivre des enjeux que le scénario peine à leur offrir, car bien trop connus pour réserver des surprises. Avec plus de pompe, certes, et les moyens techniques d'un autre temps, Sacha Guitry dans Si Versailles m'était conté... avait réussi à loger dans sa fausse courtoisie tout le venin d'une époque visitée depuis à de multiples reprises par le cinéma et la télé. N.B.