DE DANIELA THOMAS

Période faste pour le cinéma brésilien, qui présentait pas moins de douze films dans les différentes sections berlinoises -euphorie menacée, toutefois, après la destitution de Dilma Rousseff. Parmi ceux-là, l'excellent Vazante, de Daniela Thomas, coréalisatrice avec Walter Salles de Linha de Passe notamment, et signant, dans un noir et blanc lumineux, un drame étouffant, tragédie remontant aux origines du Brésil d'aujourd'hui, et invitation métaphorique à se libérer de toutes les formes d'esclavage...

J.F. PL.