Premier long du Bruxellois Samuel Tilman, Une part d'ombre s'inscrit dans cette veine policière maintes fois rabâchée où le bonheur apparent d'un homme sans his...

Premier long du Bruxellois Samuel Tilman, Une part d'ombre s'inscrit dans cette veine policière maintes fois rabâchée où le bonheur apparent d'un homme sans histoire vient à se fissurer quand le doute s'insinue au sein de son entourage. Aux difficilement excusables maladresses de mise en scène -ce travelling arrière final embarrassant de sursignifiance- s'ajoutent des problèmes patents d'écriture en termes de gestion du mystère et de la temporalité. Chapelet de tentatives ratées de créer du malaise, ce film aux allures de pilote refusé de série télé affiche en outre un niveau général d'interprétation calamiteux, nourri de gros regards noirs et de silences profonds supposés en dire long.