En quatre chapitres en forme de cours magistraux, nourris d'archives, de témoignages, d'analyses et de la voix chaude de Roschdy Zem, Histoires d'une nation raconte 150 ans de l'Histoire de France et de ses rapport à l'altérité, à la nation, à l'étranger. Aujourd'hui, un quart de la population française trouve ses racines à l'extérieur du territoire mais en 1870, l'idée même de nation est à peine embryonnaire. Après la défaite contre la Prusse et l'insurrection de la Commune, la République s'est acharnée à "faire des Français", par une politique de droit du sol qui a d...

En quatre chapitres en forme de cours magistraux, nourris d'archives, de témoignages, d'analyses et de la voix chaude de Roschdy Zem, Histoires d'une nation raconte 150 ans de l'Histoire de France et de ses rapport à l'altérité, à la nation, à l'étranger. Aujourd'hui, un quart de la population française trouve ses racines à l'extérieur du territoire mais en 1870, l'idée même de nation est à peine embryonnaire. Après la défaite contre la Prusse et l'insurrection de la Commune, la République s'est acharnée à "faire des Français", par une politique de droit du sol qui a divisé autant qu'elle a uni, une glorification de la patrie, des particularismes et régionalismes gommés par une éducation nationale et laïque dans une langue unifiée. Tous les mythes nationaux sont nés au même moment dans les États modernes. Mais alors que la France érige la tour Eiffel 100 ans après sa Révolution, elle est un centre d'attraction pour des exilés de tous horizons. La série documentaire montre avec un souci de rigueur et de démonstration étayé que l'idée d'immigration, d'étranger, n'existe qu'à partir du moment où l'on fixe la nation dans un socle imaginaire rendu intangible. Elle prouve que l'Histoire d'une nation ne se cantonne pas à la terre dont elle est issue, à des images d'Épinal tirées de récits d'un passé fantasmé pour mieux servir les politiques d'un présent déjà rance. Elle est un déplacement de plaques tectoniques, de mouvements de populations dans un pays qui n'est pas isolé du reste du monde. " Qu'ils soient noirs ou breton, la race explique toutes les différences de classes dans l'opulence de la Belle Époque. "De la colonisation à la Marche pour l'Égalité des Droits de 1983, de Verdun aux banlieues, des immigrations organisées à la désillusion Black Blanc Beur et aux débats sur le racisme d'État, entre crises, progrès, alternances politiques et bouleversements culturels, le documentaire passe au crible les grandes étapes de la France contemporaine et examine l'impact sur la population immigrée, la mixité née dans le creuset des mines, des usines, des chantiers et des bidonvilles, du mythe d'une France unitaire et éternelle. En écoutant le récit des familles de Michel Drucker, Françoise Dolto, Youri Djorkaeff, Alain Minc ou de femmes et d'hommes dont les noms ne disent rien, venant de l'ancienne Indochine, d'Algérie, d'Arménie, de Pologne, d'Italie ou d'Espagne, on sent les barrières dressées par un racisme né il y a 150 ans, entretenu par les peurs, les guerres, les frustrations, les calculs politiques, contre l'idée pourtant belle d'une république où tous auraient leur place. Émouvant, poignant, intelligent, Histoires d'une nation, formidable moment de télévision publique, est un rappel salutaire en ces temps troublés. Et chez nous, c'est pour quand?