Le temps qui passe ne semble avoir aucune prise sur les chefs-d'oeuvre du 7e art. Il affecte par contre bien souvent notre regard sur les films grand public, ces produits industriels qui font aussi et à une autre échelle l'Histoire du cinéma. Ainsi deux des quatre films tirés du catalogue Universal et (remarquablement) réédités aujourd'hui par Elephant offrent-ils désormais au regard, en plus d'une captivante intrigue, un témoignage précieux, quasi documentaire, émouvant, sur les grandes villes où se tient leur action: Paris pour Chacal (1973) et New York pour Police sur la ville (1968). Le premier, The Day of the Jackal en VO, retrace une tentative d'attentat de l'OAS(1) contre le président Charles de Gaulle. Le second, Madigan en VO, nous fait suivre une enquête criminelle avec deux inspecteurs de police marginalisés, sur fond de corruption et de bavure raciste. Fred Zinnemann ( The Day of the Jackal) et Don Siegel ( Madigan) ont en commun, outre une belle fluidité de style, une approche détaillée, minutieuse du travail d'enquête. Ils privilégient l'un et l'autre le tournage en extérieur, avec pour résultat de faire des rues de Paris et de Manhattan bien plus qu'un décor. À la manière des polars noirs de Jules Dassin, qui signa une trilogie sublime visitant successivement New York ( The Naked City, 1948), Londres ( Night and the City, 1950) et Paris ( Du rififi chez les hommes, 1955).

Redécouvertes

Edward Fox campe remarquablement le tueur professionnel anglais engagé par l'OAS pour trucider de Gaulle. Richard Widmark joue tout en nuances le flic mal-aimé donnant son titre au film de Siegel. Ces deux vedettes se fondant dans la texture de leurs films respectifs, aussi beaux que choraux et qu'il faut redécouvrir dans une version remastérisée presque parfaite. Un hold-up extraordinaire ( Gambit, 1966) est aussi une très agréable redécouverte. Un film de cambriolage haut de gamme et d'arnaque en milieu super friqué, emmené par un excellent duo Michael Caine-Shirley MacLaine, et filmé avec élégance par l'Anglais Ronald Neame. Bien supérieur au remake pâlot de 2012 avec Colin Firth et Cameron Diaz! Dernier film du lot, l'assez mineur Les Loups de haute mer ( North Sea Hijack) allie aimablement suspense et humour dans un récit où Anthony Perkins et Roger Moore jouent à contre-emploi, le premier en malfrat attaquant une plate-forme pétrolière et le second en expert des situations de crise excentrique, arrogant, aimant plus les chats que les femmes. D'intéressants suppléments accompagnent chacun des films, sortis séparément par l'éditeur français mais sous le signe commun de la "haute tension".

Chacal/Police sur la ville/ Un hold-up extraordinaire/ Les Loups de haute mer

Dist: Universal.

8

(1) Organisation de l'Armée secrète, mouvement clandestin et violent militant pour l'Algérie française.