Quinze ans de sollicitations, ça laisse des traces, surtout quand on les retrouve. Ainsi, depuis qu'elle est apparue au grand public, ou au public BD, dans les pages de feu le magazine Capsule Cosmique en 2004, avec sa série Anna et Froga, Anouk Ricard et son univers faussement naïf, très coloré, animalier et foufou sont beaucoup demandés. Des revues les plus diverses (Ferraille, Le Poulpe Multipotent, Spirou, Nyctalope, Strapazin, Dopututto Max, Franky, Les Inrocks...) aux albums collectifs ( Nous sommes Motörhead) en passant par ...

Quinze ans de sollicitations, ça laisse des traces, surtout quand on les retrouve. Ainsi, depuis qu'elle est apparue au grand public, ou au public BD, dans les pages de feu le magazine Capsule Cosmique en 2004, avec sa série Anna et Froga, Anouk Ricard et son univers faussement naïf, très coloré, animalier et foufou sont beaucoup demandés. Des revues les plus diverses (Ferraille, Le Poulpe Multipotent, Spirou, Nyctalope, Strapazin, Dopututto Max, Franky, Les Inrocks...) aux albums collectifs ( Nous sommes Motörhead) en passant par des publications numériques (dans Professeur Cyclope, sur Arte, pour l'Opéra de Paris), la Strasbourgeoise d'origine, formée aux Arts décoratifs, s'est souvent démultipliée... en restant d'une rare cohérence, et surtout toujours d'une même drôlerie absurde, qu'elle s'adresse aux enfants, aux adultes ou aux copains. Une somme de collaborations, en strips, gags, cartoons ou récits courts qui, de fait, méritaient mieux que de mourir dans son disque dur. Ses amis de L'Articho, éditeur et association dédiée à l'image, qu'elle soit " kitsch, trash, naïve, populaire, arty, de bon ou mauvais goût", ont donc repassé le tout en revue, pour en tirer un album, Anouk_Ricard.jpg. Cet ouvrage ne dénotera pas entre ses autres "vrais" albums ( Commissaire Toumi, Les Experts, Boule de feu, Coucous Bouzon...), qui se doivent d'être présents dans toute bibliothèque éclairée et idéale. Si ce n'est, peut-être, par son originalité: il n'y a pas une couverture de cet album qui ressemble à une autre! En plus d'avoir choisi un petit format, des pages plastifiées et une mise en page un peu kitsch qui rappelle pour chaque gag ou planche le dossier d'ordinateur d'où il a été excavé, donnant à l'album un petit côté plastique dont il est friand, L'Articho a poussé le jeu en proposant une couverture unique à chaque album acheté: celles-ci sont générées automatiquement à partir d'éléments graphiques puisés dans la bande de données et de dessins d'Anouk et injectés dans un programme qui produit des couvertures à l'infini. Mon exemplaire de Anouk_Ricard.jpg présente ainsi, sur fond brun, une saucisse à moustache couchée dans son hot-dog et qui dit " Journée ensoleillée". Absurde, certes, mais d'une cohérence folle avec l'univers d'Anouk Ricard, et les dizaines de récits faussement enfantins qu'on trouve à l'intérieur de cet album effectivement unique. Seul bémol et petite vexation, cette joyeuse compilation n'est pas exhaustive et ne reprend pas les illustrations qu'Anouk Ricard a pu faire pour parfois accompagner des textes, comme ce fut le cas dans votre Focus Vif. Partie remise.