"Distancing"

Finalement, ce n'est peut-être pas plus mal que le rock ne se retrouve plus au centre du jeu. Délaissé de l'obligation de coller à l'époque, il peut se con...

Finalement, ce n'est peut-être pas plus mal que le rock ne se retrouve plus au centre du jeu. Délaissé de l'obligation de coller à l'époque, il peut se contenter d'être authentique, fun, décomplexé. Ainsi en va-t-il de Distancing, second album de Twist, le groupe de Laura Hermiston. Depuis Toronto, la jeune femme a concocté une dizaine de morceaux indie rock qui, s'ils ne révolutionnent rien, s'échinent toujours à chercher la petite bête. Coproduit par Brian Borcherdt (Holy Fuck), Distancing affiche une dégaine post-punk, des vocaux dream pop, jouant sur les échos surf ( Lone Star) et les drum machine so vintage ( Towers). Avec un titre comme Waves, Hermiston s'éclate même sur une voie dance psychédélique assez jouissive. Et nous avec.