Leur nom, aussi approximatif que leur orthographe ou leur intérêt pour l'école, Ludo, Jé et Olive se le sont trouvé dans le premier album, au terme d'un brainstorming d'enfer - " Les cavaliers machin, c'est cool comme nom". Un "club des trois" formé de petits gars aussi différents que leurs origines (il y a là un ours, un volatile, et, heu, une sorte de castor) mais qui se sont trouvés comme on se trouve dans une cour d'école: par la grâce du hasard et de quelques atomes crochus, tels une imagination plus débordante qu'...

Leur nom, aussi approximatif que leur orthographe ou leur intérêt pour l'école, Ludo, Jé et Olive se le sont trouvé dans le premier album, au terme d'un brainstorming d'enfer - " Les cavaliers machin, c'est cool comme nom". Un "club des trois" formé de petits gars aussi différents que leurs origines (il y a là un ours, un volatile, et, heu, une sorte de castor) mais qui se sont trouvés comme on se trouve dans une cour d'école: par la grâce du hasard et de quelques atomes crochus, tels une imagination plus débordante qu'une casserole sur le feu et un goût prononcé pour les grosses catastrophes et les énormes exagérations. Dix euros enterrés dans une valise, c'est un trésor trop lourd pour eux, presque une malédiction. Un repas de Noël à base de légumes vapeur, c'est une injure qu'ils ne peuvent pas laisser passer. Quant à leurs premiers émois amoureux, ils sont rien moins que spectaculaires: on avait rarement vu autant de sueur et d'angoisse contenue sur le visage d'un pré-ado tentant de rester stoïque face à une fille qui vient lui dire de la part de sa copine que la copine l'aime bien. Tout ça avant, évidemment, de foutre le feu partout, mais... sans le faire exprès -l'excuse que tout enfant a débitée mille fois, et que tout parent entend quotidiennement. C'est dire si les tribulations des Cavaliers de Libon sont aussi universelles qu'indispensables pour tout adulte ayant gardé à la fois son âme d'enfant et son sens de l'humour. On pourrait vous dire -d'ailleurs on vous le dit- que Libon, c'est une pépite à découvrir d'urgence si ce n'est déjà fait. Le mariage aussi parfait que rare d'un Sempé ou d'un André Geerts (pour son goût intact de l'enfance) et d'un Guillaume Bouzard (pour les bêtes blagues géniales) qui aurait enfin trouvé avec Les Cavaliers de l'Apocadispe (et son autre série, Tralaland chez Bayard) l'espace de jeu qui lui convenait, mélange si délicieux quand il est bien dosé d'enfance et de bêtises, d'humour et d'émotion. Surtout, comme le savent tous ceux qui le lisent depuis près de quinze ans dans Spirou, entre Jacques, le petit lézard géant et Animal lecteur, Libon possède une identité graphique immédiatement reconnaissable et à nulle autre pareille, où TOUT vous pousse à rire: ses trognes bien sûr, son imaginaire, son sens du gag, mais aussi ses dialogues, ses onomatopées ou sa typo, jusqu'aux formes de ses phylactères! Si la bande de gamins est un classique de la BD d'humour tout public, Libon mérite cent fois d'être enfin considéré comme l'un de ses grands maîtres.