"Broken Shadows"

Pour défier le maître disparu sur son terrain, celui de ses compositions et de son instrument, Tim Berne s'est adjoint son vieux complice le saxophoniste ténor Chris Speed, à qui il a confié le rôle tenu autrefois par Dewey Re...

Pour défier le maître disparu sur son terrain, celui de ses compositions et de son instrument, Tim Berne s'est adjoint son vieux complice le saxophoniste ténor Chris Speed, à qui il a confié le rôle tenu autrefois par Dewey Redman. Lui-même a endossé avec son alto les habits de lumière du seul et unique Ornette Coleman -mais au répertoire duquel, comme un pied de nez, il s'est permis d'ajouter deux compositions du regretté Julius Hemphill, qui fut son mentor et une source d'inspiration. Si l'on ajoute que les notes de pochette sont signées par Branford Marsalis, qui y prêche pour sa paroisse avec un sérieux de pape, on se dit que Berne a réussi à nouveau un de ces mélanges pince-sans-rire dont lui seul possède le secret. Ceci posé, Broken Shadows (à la fois titre d'une composition et d'un fameux album d'Ornette) est une belle réussite où les deux solistes et la section rythmique des Bad Plus (Reid Anderson, basse, Dave King, batterie) naviguent au plus près du modèle colemanien avec un mimétisme souvent bluffant, tout en se montrant capables d'imposer leur griffe lorsqu'il le faut.