En 1995, McKenzie Wark compta parmi les amants de Kathy Acker, l'écrivaine la plus destroy, viscérale et politique de l'Histoire récente de la littérature américaine. Lorsque le chercheur australien finit par émigrer de manière définitive aux États-Unis, en 2000, Acker était décédée: il ne restait d'elle que ses livres et leur correspondance. À lire les ouvrages de Wark, on peut comprendre l'attrait que le chercheur,...