Jeune rappeuse surdouée et lettrée, Nora Lum, alias Awkwafina, a été, en janvier dernier, sacrée meilleure actrice dans une comédie par la Hollywood Foreign Press Association pour son rôle dans The Farewell, devenant ainsi la première femme d'origine asiatique de l'Histoir...

Jeune rappeuse surdouée et lettrée, Nora Lum, alias Awkwafina, a été, en janvier dernier, sacrée meilleure actrice dans une comédie par la Hollywood Foreign Press Association pour son rôle dans The Farewell, devenant ainsi la première femme d'origine asiatique de l'Histoire à remporter un Golden Globe. Il faut dire qu'elle excelle particulièrement en alter ego à peine fictionnalisé de la réalisatrice Lulu Wang ( Posthumous) dans ce long métrage choral d'inspiration autobiographique qui voit les membres d'une famille basés aux États-Unis et au Japon se rassembler en Chine autour de Nai Nai, grand-mère et mère tant aimée qui ignore être atteinte d'une maladie incurable. Tous cachent la vérité à cette rayonnante aïeule, prétextant le mariage inventé de toutes pièces de son petit-fils pour partager avec elle ses derniers instants de bonheur. Questionnant sans juger le bien-fondé de ce genre de pieux mensonge, The Farewell sonde les notions de choc des cultures mais aussi de fossé intergénérationnel sur un mode résolument émotionnel. Si l'ensemble peut parfois apparaître sans guère de surprises une fois ses insolites prémices exposées, la matière intime et très spécifique qui est au coeur de son propos résonne ici d'une belle et universelle manière.