"A Chorus Of Storytellers"

Distribué par Sub Pop.
...

Distribué par Sub Pop. De The Album Leaf, on conservait un souvenir étrange. Un concert magique enten- du, peut-être un peu rêvé, à moitié endormi, tremblant de fatigue, suant mais transi de froid dans un club de Los Angeles. C'était après la sortie d' In The Blue Again, remarquable disque d'hiver, d'atmosphère glacée. Un album des grands espaces. La tristesse à perte de vue. Enregistré en février 2009 sur les bords frisquets de Seattle par Ryan Hadlock (Blonde Redhead, Stephen Malkmus and the Jicks) et mixé en juin dans la chaleur de Reykjavik par Birgir Jon Birgisson (Sigur Ròs), A Chorus of Storytellers confirme ce que l'on savait quelque part déjà. Jimmy LaValle aime les écarts de température. Jimmy, qui manifestait très tôt son goût pour la musique, tapotant dès l'âge de 4 ans sur le piano familial ("je l'ai embarqué avec moi en quittant le nid"), ça a longtemps été The Album Leaf à lui tout seul. Un control freak comme on dit dans le jargon standardisé du disque. Tellement multi instrumentiste qu'il jouait tout ou presque sur ses albums. " Je ne sais pas avec combien de trucs je me débrouille. Dans ma vision des choses, je peux jouer de la batterie. Et donc toute la famille des percussions. Je connais la guitare. Donc, je peux me débrouiller avec un banjo ou un ukulélé. Disons que je maîtrise 4 familles d'instruments." Si LaValle a fait le zouave (enfin façon de parler) dans bien des projets à San Diego, la liste, non exhaustive, reflète autant ses talents que sa dispersion. Le bonhomme, qui a emprunté son nom de scène à une £uvre de Frédéric Chopin, Klavierstuck en mi majeur pour piano, a joué de la guitare dans un groupe de post rock appelé Tristeza. De la batterie dans un gang post punk intitulé GoGoGo Airheart. Mais aussi épaulé Justin Pearson dans The Locust et The Crimson Curse, groupe modelé sur les Dead Boys, quand il ne chipotait pas avec The Black Heart Procession. Ça fait longtemps faut dire que LaValle est tombé dans la marmite. A 16 ans déjà, il partait pour la grande aventure de la route et des tournées. Depuis, il a sorti 5 disques sous l'étiquette The Album Leaf. Le dernier en date, A Chorus of Storytellers, est aussi le premier enregistré avec un full band. Il contient toujours de grandes envolées. De petites touches de musique électronique. " Je voulais un album naturel, sincère, qui me corresponde mais aussi un disque sur lequel on entendrait la voix de ceux qui participaient à son enregistrement. Je voulais une section de cordes, plus d'harmonies vocales... En même temps, trop d'attentes finissent par te distraire." Semi instrumental, poignant, mélancolique et raffiné, The Album Leaf ne s'est pas perdu en chemin. Sans être son meilleur disque, A Chorus... a même de quoi ( There is a wind, Falling from the sun) toucher le grand public, convaincre les fans de Sigur Ròs et imposer le rêve cotonneux comme sport olympique... Jimmy a toujours eu la flamme. Le 16/03 au Trix (Anvers) et le 20/03 à l' Aéronef (Lille). Julien Broquet