Un superstore, en gros, c'est un hypermarché à l'américaine -un endroit où l'on peut à peu près tout acheter. La série du même nom, enfin sur Netflix, conte les journées de travail rocambolesques des employés d'un Cloud 9 (oui, un superstore). On suit principalement Jonah (Ben Feldman, vu dans la chic...

Un superstore, en gros, c'est un hypermarché à l'américaine -un endroit où l'on peut à peu près tout acheter. La série du même nom, enfin sur Netflix, conte les journées de travail rocambolesques des employés d'un Cloud 9 (oui, un superstore). On suit principalement Jonah (Ben Feldman, vu dans la chic et brillante Mad Men): avant de se faire engager dans le magasin, il a quitté son école de commerce. C'est un peu un intrus au milieu des autres employés qui n'ont, eux, guère fait d'études. Son snobisme outrancier n'arrange rien... Il se rapproche malgré tout d'Amy (America Ferrara, héroïne de la très populaire Ugly Betty), la directrice adjointe aux origines plus modestes. À leurs côtés, une belle brochette de personnages secondaires plus extravagants les uns que les autres: la délirante Cheyenne et son inénarrable boyfriend Bo, le sarcastique Garrett, Dina la sociopathe, Glenn, le directeur à la voix de monstre gentil, Tate le pharmacien au professionnalisme tout relatif, la (trop) gentille Sandra, etc. Mais Superstore n'est pas seulement drôle: des conditions de travail en passant par la sécurité sociale ou l'insertion des immigrants, la série propose aussi, l'air de rien, une sévère critique du système américain. On attend de pied ferme l'ultime saison 6, en espérant que les scénaristes améliorent leur traitement de la relation entre Jonah et Amy, la grosse déception du show.