À l'image d'une récente vente aux enchères de cartes Pokémon à l'hôtel Drouot à Paris, la pop culture s'invite chez les commissaires-priseurs. Le phénomène contamine logiquement le rétrogaming. Loin des sommes stratosphériques du marché de l'art, les 88 774 euros qu'un groupe de collectionneurs déboursait, ce mois-ci, pour une copie rare de Super Mario Bros. sur NES n'épate pas moins la galerie. Cette première édition (scellée) du jeu avait été utilisée sur des marchés tests, à New York et Los Angeles. D'où sa rareté. Édité de 1985 à 1994 au fil de onze versions, le titre qui a sauvé l'industrie du jeu vidéo se retrouve entre les mains d'acheteurs issus de numismatique et chez Heritage Auctions, le salon qui a organisé la vente, à Dallas. Ce primo Mario certifié comme " near mint" (presque neuf) par Wata Games se hisse comme la vente la plus élevée de l'histoire du gaming depuis celle de Nintendo World Championships. Utilisée par Nintendo exclusivement lors de compétitions aux USA dans les années 80, cette cartouche NES avait été vendue quasiment au même prix sur eBay, il y a cinq ans.