"The London Concert"

Enregistré à Londres au Vortex -l'un des rares clubs au monde totalement dédié au jazz libre et à la musique improvisée- dans le cadre d'un festival consacré à Intakt Records qui cumula, durant plusieurs soirées, une douzaine de performances pour autant d'artis...

Enregistré à Londres au Vortex -l'un des rares clubs au monde totalement dédié au jazz libre et à la musique improvisée- dans le cadre d'un festival consacré à Intakt Records qui cumula, durant plusieurs soirées, une douzaine de performances pour autant d'artistes, The London Concert est le deuxième album que publie le label suisse du trio d'un jeune pianiste et compositeur au talent impressionnant. Stefan Aeby n'interprète ici que des compositions de sa plume, dont l'atmosphère entêtante se trouve transcendée par des solos riches d'une liberté qui, bien que contrôlée, est bien réelle. Certes, les influences du pianiste ne cessent d'affleurer tout au long du concert (celles du Keith Jarrett des années 70 y sont évidentes), mais l'ambiance musicale créée par les trois musiciens (André Pousaz, auteur de l'un des sept titres interprétés, tient la contrebasse et Michi Stulz, la batterie) n'en reste pas moins originale et personnelle, comme en témoignent deux des sommets de l'album: Dalston où le batteur est particulièrement mis en évidence, et To the Light, dont l'atmosphère tempétueuse se voit traversée par une contrebasse ivre jouée à l'archet, qui n'a de cesse de pousser le pianiste jusqu'à ce que celui-ci en épuise, en les faisant jaillir, les ultimes éclats.