Marvin Gaye, petit bonnet, mini-short, chaussettes remontées jusqu'aux genoux, capturé en plein tir, lors d'un match de basket, sur un playground de Los Angeles. Diana Ross, en extase soul, au milieu du public. Gil Scott-Heron en discussion avec Mohammed Ali. Voici quelques-uns des clichés parmi les 300 que l'on peut retrouver dans l'épais volume que Taschen a consacré au travail du photographe Bruce W. Talamon. L'intéressé le présente volontiers comme le premier du genre à tourner autour de ces scènes soul-r'n'b-funk de cette période-là. Pas faux: les photos rassemblées ici dépeignent en effet un ...

Marvin Gaye, petit bonnet, mini-short, chaussettes remontées jusqu'aux genoux, capturé en plein tir, lors d'un match de basket, sur un playground de Los Angeles. Diana Ross, en extase soul, au milieu du public. Gil Scott-Heron en discussion avec Mohammed Ali. Voici quelques-uns des clichés parmi les 300 que l'on peut retrouver dans l'épais volume que Taschen a consacré au travail du photographe Bruce W. Talamon. L'intéressé le présente volontiers comme le premier du genre à tourner autour de ces scènes soul-r'n'b-funk de cette période-là. Pas faux: les photos rassemblées ici dépeignent en effet un paysage musical qui, malgré ses extravagances (les spectacles totaux du Parliament valaient à eux seuls leur pesant d'excentricités), n'a pas toujours été bien documenté visuellement. À la base, Talamon n'était pourtant pas destiné à la photographie. Étudiant en Droit, il est à Berlin quand il achète son premier appareil. Quand il apprend que Miles Davis est programmé en concert à Copenhague, il file voir le maître et en profite pour tirer ses premiers clichés. Mais c'est en se retrouvant un peu par hasard comme photographe dans les coulisses du grand festival Wattstax, à Los Angeles, qu'il met définitivement le doigt dans l'engrenage. Repéré notamment par Howard Bingham, proche de Mohammed Ali, et photographe professionnel, il parvient à travailler pour le magazine SOUL. À partir de là, Talamon va pouvoir frayer avec tout le gratin de la soul music de l'époque. Avant de délaisser le business musical, il constituera pendant dix ans une collection de clichés aussi rares que précieux. Ils sont à peu près tous là: de Stevie Wonder à James Brown en passant par Aretha Franklin, les Jacksons, Sly Stone, etc. Beaucoup ont été captés en tournée, lors de répétitions ou concerts. C'est Chaka Khan extatique devant le public du Los Angeles Coliseum, ou Rick James et ses longues bottes immaculées frimant devant la même marée humaine de la Funk Fest de 1977. Habitué des enregistrements de Soul Train, Talamon propose aussi de nombreux instantanés pris sur le plateau de la fameuse émission télé présentée par Don Cornelius (où apparaît Elton John, seul artiste blanc présent ici). Mais c'est encore dans les hors-scène que les photos se révèlent souvent les plus frappantes. Que Talamon capte Al Green en train de s'effondrer après un concert ou Patti Labelle assise sur la table de conférence de son label CBS, les pieds sur le fauteuil. Ailleurs, le photographe rapporte la joie visiblement encore simple du jeune Michael Jackson et ses frères, au milieu des années 70, alors que leur célébrité crée pourtant déjà l'émeute. Dénonçant une industrie qui ne laisse plus aucune liberté aux photographes et des artistes obsédés par le contrôle de leur image, Talamon explique que le travail qu'il a pu effectuer à l'époque ne serait plus possible. À feuilleter les 300 photos proposées ici, on n'est pas loin de le croire...