Déjà, on apprécie le titre de l'événement. Organisé les 23, 24 et 25 février prochains à Charleroi, Papier Carbone renvoie davantage à la vieille stencileuse retrouvée au fond d'une classe d'école primaire, qu'aux derniers développements de la dématérialisation numérique. De fait, il s'agit bien ici d'un événement qui entend célébrer l'image impri...

Déjà, on apprécie le titre de l'événement. Organisé les 23, 24 et 25 février prochains à Charleroi, Papier Carbone renvoie davantage à la vieille stencileuse retrouvée au fond d'une classe d'école primaire, qu'aux derniers développements de la dématérialisation numérique. De fait, il s'agit bien ici d'un événement qui entend célébrer l'image imprimée et la micro-édition. Sa seconde édition aura lieu, à Charleroi, du côté du BPS 22 et du Vecteur. Tout part du constat suivant, explicité dans le programme du festival: "À l'heure du tout numérique et alors qu'on les a considérées comme obsolètes, de nombreuses techniques manuelles refont surface. Des artistes se réapproprient des savoir-faire parfois ancestraux. Forts d'une idéologie DIY, des ateliers de sérigraphie ou de gravure fleurissent dans les villes, et des machines oubliées comme le risographe trouvent une deuxième jeunesse."Le but de Papier Carbone est donc d'initier le grand public aux différentes techniques et disciplines pré-Instragram, en invitant notamment une soixantaine d'artistes. Les samedi et dimanche, le BPS 22 accueillera un grand salon, regroupant collectifs et éditeurs, venus présenter livres, posters, fanzines, cartes postales... Des ateliers gratuits et conférences seront également organisés durant tout le week-end. De son côté, le Vecteur abritera la partie plus " festive " de Papier Carbone. Avec, le vendredi, notamment, la projection du documentaire Graphic Means, s'intéressant au monde du graphisme avant l'arrivée de l'ordinateur; et le samedi, une soirée qui proposera entre autres deux concerts (le Berlinois Chris Morrin et les Bruxellois cintrés de Facteur Cheval).