"Quelqu'un peut appeler le 999? Richard Hawley s'est fait cambrioler." En 2006, alors que les Arctic Monkeys reçoivent le Mercury Prize qui célèbre leur premier album, Whatever People Say I Am, That's What I'm Not, Alex Turner rend un vibrant hommage à son voisin crooner de Sheffield.
...

"Quelqu'un peut appeler le 999? Richard Hawley s'est fait cambrioler." En 2006, alors que les Arctic Monkeys reçoivent le Mercury Prize qui célèbre leur premier album, Whatever People Say I Am, That's What I'm Not, Alex Turner rend un vibrant hommage à son voisin crooner de Sheffield. " La première fois que j'ai rencontré Alex, il m'a servi une pinte. Il bossait dans un bistro avec John McClure des Reverend and the makers, se souvient Hawley tout en nous versant une coupe de champagne. Ma fille vient de se mettre à travailler dans un troquet. Beaucoup de pères détesteraient cette idée. Moi, au contraire, je pense qu'elle va y découvrir le monde. Qu'elle va y voir beaucoup d'humanité. Et qu'elle apprendra à être prudente." Richard sait de quoi il parle. A 14 piges, il jouait dans les strip clubs d'Hambourg avec son oncle. " Il disait à ma mère qu'on avait des dates dans de jolies salles alors qu'on se produisait dans le quartier des prostituées ", se souvient-il rigolard. Sacré personnage. Hawley a tout fait. Joué de la guitare sur la reprise d' Under the bridge par les All Saints. Auditionné pour faire partie du backing band de Morrissey. Assuré des premières parties de U2 (avec Longpigs dans les années 90). Produit Lisa Marie Presley (" que tout le monde voulait faire ressembler à son père"). Interprété un musicien de rockab dans Flick (avec Faye Dunaway). Puis, plus glorieux, donné un coup de main à Beth Orton, Robbie Williams, Nancy Sinatra et épaulé un certain Jarvis Cocker au sein de Pulp. Pulp vient de Sheffield. Et peu de musiciens sont aussi attachés à leur ville que le crooner Hawley à cette cité industrielle et verte du nord de l'Angleterre, bassin, troué, de la sidérurgie britannique. " J'ai toujours été lié à Sheffield. Intéressé par son histoire et celle de notre famille. J'ai vécu pendant sept ans dans Hawley Street. Il y a même une rue Hawley Croft qui existe depuis 1602. Notre nom y est de longue date associé. Tous mes oncles étaient musiciens. Certains étaient soldats. Les filles de ma famille étaient infirmières et travaillaient dans l'hôpital local. Je sens que j'appartiens à cette ville. " Le plus lointain souvenir qu'Hawley peut se remémorer est d'ailleurs ces matchs de foot qu'il allait voir avec son père et son grand-père à Hillsborough. " Je suis né 100 ans tout juste après Sheffield Wednesday. Sheffield United essaie de faire croire qu'il est le club des travailleurs mais c'est de la connerie. On les surnomme les cochons. " Tous les titres d'albums de Richard Hawley font référence à cette ville où il est né, où il a grandi... Où il a vieilli aussi. Late Night Final est ce que scandaient dans les rues le soir les vendeurs du Sheffield Star, quotidien local. Tandis que le Lady's Bridge est un pont reliant historiquement les quartiers pauvres et bourgeois de la city. " C'est un hommage, une manière de dire merci à Sheffield qui m'a nourri, inspiré. Qu'est-ce que tu voudrais que je raconte sur Los Angeles?" Le tout beau tout frais Standing at the Sky's Edge (lire critique page 35) fait à nouveau référence à un lieu-dit. " Un endroit très dangereux. Je jouais là quand j'étais gamin mais ce n'est plus le genre de coin où tu as envie de traîner. Le titre du disque reflète surtout la situation politique. On doit choisir son camp. Le gouvernement actuel n'est pas constitué de politiciens mais de vandales. Ils ferment les bibliothèques, continuent de privatiser les soins de santé, réduisent toutes les aides aux moins favorisés. Un pays civilisé est pour moi censé éduquer et prendre soin de ses enfants. La situation actuelle me fout vraiment en rogne." Pour Hawley, qui a la gauche dans le sang et le star system en horreur -" je ne crois pas aux pop stars, elles n'existent pas, c'est un mythe. On parle juste de gens comme les autres avec des egos dysfonctionnels"-, tout a changé en 1979 avec l'accession de Margaret Thatcher au poste de Premier ministre. " Elle a tout démoli... Elle a utilisé tout ce qu'elle avait en son pouvoir pour détruire notre sens de l'union, de la solidarité. Tony Blair était du même tonneau. Il était juste déguisé. Un loup fringué en agneau... Les récentes émeutes anarchiques où les mecs piquaient des baskets et des télés reflètent l'érosion de la communauté... Plutôt que d'avancer, nous marchons à reculons. Nous piétinons des années et des années de lutte et de progrès." Comme un couteau, objet pour lequel Sheffield est réputé, planté dans le c£ur et la chair d'un mec dont le père jouait de la guitare dans les bars et les clubs la nuit mais travaillait l'acier le jour. " Gamin, j'ai ouvert l'étui de la seule gratte qu'il m'avait interdit de toucher. Une Fender Stratocaster de 63. Plutôt que de m'engueuler, il m'a appris à en jouer. Aux yeux d'un gosse de 7 ans, elle ressemblait à un vaisseau spatial. Je me suis dit: je ne sais pas à quoi ça sert mais je veux voler... Je veux piloter cet engin." l WWW.RICHARDHAWLEY.CO.UK RENCONTRE JULIEN BROQUET