Ricky Gervais a de la suite dans les idées: après Animals, Politics, Fame et Science, le créateur des hilarantes séries britanniques The Office, Extras et Life's Too Short revient avec Humanity, cinquième spectacle de stand-up à l'intitulé académique enregistré durant sa résidence à l...

Ricky Gervais a de la suite dans les idées: après Animals, Politics, Fame et Science, le créateur des hilarantes séries britanniques The Office, Extras et Life's Too Short revient avec Humanity, cinquième spectacle de stand-up à l'intitulé académique enregistré durant sa résidence à l'Eventim Apollo de Londres l'an dernier et depuis peu disponible sur Netflix. Empêcheur de penser en rond notoire, l'humoriste au sourire carnassier y dézingue à tout-va les particules viciées de l'air du temps. Certes, on pourra toujours chicaner sur quelques blagues assez téléphonées sur sa propre personne, et éventuellement lui reprocher de faire jouer un peu facilement la corde sensible quand il évoque la maltraitance des animaux, l'une de ses obsessions. Mais Gervais excelle surtout ici dans l'exercice qu'il affectionne par-dessus tout: régler ses comptes. Sa cible principale? L'indignation en carton des cadors des réseaux sociaux. À partir de la fameuse polémique consécutive à sa vanne soi-disant transphobe sur Caitlyn Jenner aux Golden Globes en 2016, il déconstruit le moralisme rance de l'époque et double sa critique mordante d'une réflexion sur l'humour même. Revendiquant haut et fort son droit inaliénable à se foutre de tout, Gervais, survolté, remet les ayatollahs de la bien-pensance à leur place. Y a pas à dire, ça fait du bien par où ça passe.