EMMENÉ PAR FRÉDÉRIC LOPEZ.
...

EMMENÉ PAR FRÉDÉRIC LOPEZ. Virginie Efira, bonne cliente, assure le show pour cette nouvelle édition de Rendez-vous en terre inconnue. Direction la Mongolie, pour un séjour auprès d'éleveurs de rennes nomades et vaccinés contre le froid. Vous avez hésité longtemps avant d'accepter de prendre part à l'aventure?Fred m'a appelée et m'a proposé de participer à l'émission sur un ton tellement solennel que j'ai commencé par éclater de rire... mais j'ai très vite dit oui. Je ne connaissais pas bien l'émission, mais j'étais intéressée par ce qu'elle offrait de brouillages de repères. Ça m'intéressait d'aller vers des chemins qu'on ne maîtrise pas, qui permettent de découvrir des choses de soi. Bien sûr, ça m'interrogeait que ce soit filmé, que des choses aussi intimes soient ainsi exposées. J'ai posé la question à Edouard Baer, qui avait déjà participé à Rendez-vous en terre inconnue. Il a dissipé tous mes doutes. Vous êtes à l'aise avec la Virginie Efira au naturel?L'idée du naturel ne m'effrayait pas a priori. Prétentieusement, je croyais avoir une énorme faculté d'adaptation, j'imaginais être très détachée des choses matérielles et que rien n'allait me manquer. Or, c'était faux. Vous continuiez à vous maquiller dans des situations extrêmes...Le manque d'hygiène était particulièrement difficile à vivre. Surtout qu'on n'était absolument jamais seuls. Et il y avait des moments où c'était pesant de ne pas avoir l'occasion de faire sa toilette, ou à tout le moins retrouver un semblant de féminité. Alors quand j'avais 2 secondes de solitude, je me mettais rageusement du mascara! La vie à la dure, c'est votre truc?J'ai fait les Giros, les guides flamandes, mais je n'ai absolument jamais été habituée à la vie à la dure. Pas même au voyage, d'ailleurs. Je suis la risée de ma famille à cause de cela. Même les sports d'hiver, je me demande pourquoi les gens se les infligent. Alors non, je n'avais vraiment jamais vécu quelque chose de similaire à Rendez-vous en terre inconnue. Dans ce film, on vous voit faire le clown à longueur de journée... J'ai une tendance naturelle à plaisanter. Qui sert aussi à masquer mon angoisse, et à me protéger vis-à-vis de l'autre. Mais vers la fin du voyage, j'ai craqué. Je me suis rendue compte de toutes les zones intimes qu'il avait touchées, de toutes les choses du quotidien qui avaient été partagées... Quelle est la première chose que vous aviez envie de faire en rentrant à Paris?Prendre un bon bain chaud. Pourtant, lors d'une séance de shamanisme, on m'avait conseillé de m'éloigner de toute source d'eau! Et puis, je n'imaginais pas éprouver tant d'émotion à retrouver une chaise. J'ai serré chacune de celles que j'ai vues sur mon chemin dans mes bras! MYRIAM LEROY