En ces temps reculés de 1978, on entretient nos habitudes graisseuses dans un boui-boui collé à la Gare d'Etterbeek. Un beau jour, commandant un sachet avec béarnaise, on a un choc: le Blanc moustachu à coupe afro de la friture est aussi le protagoniste d'un truc secouant vu quelques jours plus tôt sur le campus de l'ULB. Au milieu de sculptures métalliques roulantes, un panthéon d'acteurs scande le cul à l'air des textes au rasoir de ce vieux pédé machiavélique de William Burroughs. La "pièce" dénudée, The Penny Arcade Peep Show, est une reprise de la seconde création du Plan K, bande bruxelloise qui manie l'underground au scalpel, particulièrement dans des lieux déculottés: un ancien charbonnage, le Botanique ancienne version (très) déglinguée ou ce Pavillon des Passions Humaines du Parc du Cinquantenaire garni du haut relief scandaleux de Jef Lambeaux. Révélation primale: le "théâtre" peut donc être aussi excitant que le rock. Cette première liaison électrique entre les genres sera d'ailleurs la tête de pont de la Raffinerie du Plan K, ouverte en mai 1979 par la troupe du même nom. Le gars de la friture, Baba, est alors avec Frédéric Flamand (chef de meute) et trois autres acteurs, Carlos da Ponte, Daniel Beeson et Bruno Garny, le protagoniste d'une aventure qui secoue le Bruxelles de la fin des années 70 e...