"Ultimate Success Today"

Si Joe Casey est à la tête d'un groupe de rock aujourd'hui, le décès de son père en 2008 n'y est pas étranger. À l'époque, l'homme, âgé de 72 ans et qui est toujours resté sur ses gardes avec le corps médical, accepte de passer sur le billard pour une hernie qui l'ennuie depuis des années. Aller-retour à l'hôpital, opération sans douleur. Le père Casey rentre ...

Si Joe Casey est à la tête d'un groupe de rock aujourd'hui, le décès de son père en 2008 n'y est pas étranger. À l'époque, l'homme, âgé de 72 ans et qui est toujours resté sur ses gardes avec le corps médical, accepte de passer sur le billard pour une hernie qui l'ennuie depuis des années. Aller-retour à l'hôpital, opération sans douleur. Le père Casey rentre chez lui et meurt suite à de sévères hémorragies internes. Sans tomber dans la psychanalyse, il y a de quoi comprendre les tourments du fils... Protomartyr n'est pas un de ces groupes qui fait danser les filles, tourner les serviettes et péter les paillettes. Protomartyr tape dans un post-punk bruitiste et claustrophobe. Il s'attaque aux ravages sociaux, environnementaux et économiques du capitalisme. Questionne la surveillance d'État, la brutalité policière "excusée" au nom du patriotisme et la fin du monde qui approche comme un animal aux yeux écarquillés. " Fill out the form. Download the app. Submit your face to the scanner. Everybody's haunted with a smile. Being processed by the boys." L'ambiance de ce cinquième album est tendue et son écriture remarquable. Le recours à quelques musiciens de jazz, dont le saxophoniste Jemeel Moondoc, n'enlève rien à la force de frappe et à la colère d'Américains à cran. Quelque part entre Nick Cave et Mark E. Smith, Casey éructe. Enregistré dans une ancienne église près de New York en compagnie de David Tolomei (Dirty Projectors, Beach House...), Ultimate Success Today est le " discours d'adieu d'une bruyante pièce de théâtre en cinq actes". Un album apocalyptique, puissant et paranoïaque, à la poésie anxiogène et aux guitares rageuses. Terminés avant même le début de la pandémie, ces dix titres n'en resteront pas moins un terrible témoignage de leur époque.