Chibi-Robo! Zip Lash
...

Chibi-Robo! Zip Lash ÉDITÉ PAR NINTENDO ET DÉVELOPPÉ PAR SKIP / VANPOOL, ÂGE 3+, DISPONIBLE SUR NINTENDO 3DS. 6 Habitué à sauter dans des nouveaux mondes à un rythme (quasi) annuel depuis dix ans, Mario reste aujourd'hui en congé prolongé. Pas de moustache cette année. La sortie en 2013 de New Super Mario Bros. U voltige d'ailleurs comme le dernier bon platformer en date de Nintendo. Avant le moyen Yoshi's Woolly World, Super Mario Maker comblait récemment ce vide. Mais il se dessinait surtout comme un très efficace éditeur de niveaux. Chibi-Robo! Zip Lash s'impose donc ce mois-ci comme un plan B pour les gamers en manque de cette spécialité de Kyoto. L'arrivée de cet aimable robot est d'autant plus remarquable que les jeux de plateforme sont en voie de disparition, tous supports confondus. Malgré des indés qui explosent, les gamers ne s'électrisent plus. Steam n'hébergeait ainsi qu'une poignée d'entre eux cette année (l'intéressant Oscura: Lost Light). Chibi-Robo et son câble déroulant terminé d'une fiche mâle rebranchent donc la prise. Dix ans après sa naissance dans un monde ouvert sur Gamecube (puis DS),l'androïde argenté mise cette fois sur une action vue de profil en 2,5 D. Electro-choc? Un fil électrique qu'il déploie comme un grappin utile pour ses déplacements et ses attaques. Repoussant une invasion extraterrestre et luttant contre la pollution, le héros aussi poli que C-3PO creuse avec talent tous les usages possibles de ce lasso. Abattre un pont-levis, détruire un alien, décrocher un bonus haut perché et (surtout) se hisser sur des plateformes inaccessibles: la version de base de cet accessoire-clé claque horizontalement ou sur un angle de 45 degrés. Les idées foisonnent, se mélangent avec malice. Le câble autorise d'ailleurs des vols planés temporaires et obligatoires pour toucher des blocs dans un ordre précis. Bien vu. Equipé d'un second filin électrifié, Chibi multiplie les surprises au fil de sa progression. Le lasso dont la portée s'allonge selon des bonus récoltés en chemin ricoche ainsi sur des parois comme un laser sur un jeu de petits miroirs. Détruire des murs, trouver des salles secrètes ou cibler le point faible d'un boss souffrent toutefois d'une prise en main maladroite. Alourdie de touches peu ergonomiques, cette dernière demande ainsi d'appuyer sur deux boutons différents du pad pour franchir un simple obstacle. Une lourdeur qui n'aide en rien le rythme déjà assez pataud des niveaux colorés et kawaii du titre. Traversé de quelques stages aériens où l'on contrôlera la hauteur de son vol en se balançant de gauche à droite, Chibi donne parfois envie de jeter sa 3DS par la fenêtre. Même constat pour le choix des niveaux, dicté par un jeu de l'oie obligeant les moins attentifs à recommencer un monde déjà bouclé. Le titre souriant demande aussi de ramasser des déchets disséminés dans ses niveaux pour les recycler et produire de l'énergie. En même temps, il oblige à une chasse aux bonbons de vraies marques que l'on peut exhiber sur Miiverse, réseau social de Nintendo. Une pub (presque) forcée qui court-circuite ce retour de Nintendo aux platformers... MICHI-HIRO TAMAÏ