"BO Y Z"

Depuis qu'on l'a découvert avec Junior, produit par Myth Syzer, en 2016, et son fabuleux clip vintage filmé en super 8, on a pris le pli de traquer chaque apparition de Prince Waly. Moitié du duo Big Budha Cheez, le MC a le flow et la dégaine, le charisme et l'humour. Des qualités qui ne sont pas si courantes dans le rap game français. Prince Waly cultive aussi un goût pour des groove vintage. À cet égard, le MC de Montreuil aurait pu rester coincé dans une case nostalgie post-boom bap. Avec son nouveau projet, il prouve cependant qu'il ne regarde pas uniquement dans le rétro. Il ne s'agit pas de renier ses influences classiques nineties, mais plutôt de faire le lien avec l'état d'esprit actuel. C'est d'ailleurs le sens du titre du (court) album et de sa graphie particulière: BO Y Z, où la génération Y, dont fait partie Waly, né en 91, fait le lien avec la génération Z.

Pour ce faire, pas besoin d'autotune. Le bagout du Prince suffit, bourrant ses textes de références cinématographiques ( Rain Man), aussi à l'aise dans le film noir (la menace de Marselus Wallace) que dans la frime décomplexée ( Ma chaussure) ou dans le rôle du poetic lover ( Girl, avec Enchantée Julia). Soignant la liste d'invités (Alpha Wann, Tengo John, Loveni...), le rappeur ouvre encore un peu plus le terrain de jeu en toute fin de partie. Concluant avec le morceau-titre, il est rejoint par les rockeurs de Feu! Chatterton. Calquant son récit sur l'intrigue du film oscarisé Moonlight, Waly insiste alors: "On devrait casser les codes et laisser nos gamins s'épanouir". Longue vie au Prince!

Distribué par BO Y Z.

8