De Grégory Mardon, Éditions Futuropolis, 136 pages.
...

De Grégory Mardon, Éditions Futuropolis, 136 pages. 7 Achille, la quarantaine, vient d'en prendre pour vingt ans: il a acheté un appartement à Paris. Toutes ses économies ayant été englouties dans l'achat, il s'occupera personnellement des travaux. En arrachant l'affreux lino devant la porte d'entrée, il tombe sur une lettre adressée à Mademoiselle Cardin, l'ancienne propriétaire, morte à l'âge de 76 ans. Comme elle n'avait plus de famille et après mûre réflexion, Achille ouvre la lettre. Elle date de 1976 et a été écrite par un certain Tristan, amoureux de la destinataire qui lui conjure de venir s'installer à Marseille où il habite à présent. En grand sentimental, Achille décide d'enfourcher sa Vespa et de descendre dans le sud pour rapporter la missive à Tristan. On se rend compte durant son périple vers la cité phocéenne que notre facteur improvisé n'arrive pas à faire le deuil d'une précédente histoire d'amour. Ce sera l'occasion pour lui de faire le point. Grégory Mardon a enfin troqué sa tablette graphique contre de bonnes vieilles aquarelles et ça lui va bien. Quoi de plus naturel pour rendre les belles couleurs du sud de la France... Côté dessin, c'est donc impeccable: chaud et frais comme une belle journée de printemps. Le scénario, lui, ne dévie pas du sillon que l'auteur creuse depuis bientôt vingt ans: les relations amoureuses. Certaines mauvaises langues diront sans doute que ça reluque trop du côté des films de Guillaume Canet. Les autres apprécieront ce road movie extérieur comme intérieur, où notre héros à la gueule de vieux beau dégarni profite du voyage pour régler définitivement l'histoire avec son ancienne amoureuse. C'est un peu entendu, mais Grégory Mardon a le chic pour rendre les dialogues savoureux, les situations cocasses et les femmes désirables.C.B.