Avec Pour le réconfort, l'acteur-trublion Vincent Macaigne signe un premier long métrage féroce, insaisissable objet faussement bricolé qui rejoue la lutte des c...

Avec Pour le réconfort, l'acteur-trublion Vincent Macaigne signe un premier long métrage féroce, insaisissable objet faussement bricolé qui rejoue la lutte des classes dans un geste de cinéma -un vrai!- d'une absolue liberté. Dans la légèreté de sa mise en place aussi bien que dans son abattage rageur, le film évoque parfois le Dogme et la violente giclée de pus d'un Festen. Mais cette confrontation radicale entre deux riches héritiers bêcheurs et leurs amis d'enfance a également tout du brûlot politique en Macronie rurale. Guerrière mais cadrée, une "chabrolerie" actuelle et déjantée, hyperacide et étrangement tendre à la fois, s'inspirant pour mieux s'en détacher de La Cerisaie de Tchekhov.