Décembre 2014. Par la fenêtre, New York et sa skyline ont des allures de guirlande de Noël géante. Barbe de trois jours et cheveux en bataille poivre et sel, Tim Burton enquille les interviews au neuvième étage du plus haut gratte-ciel résidentiel de Manhattan, le One57, planté dans le Midtown, à deux pas de Central Park. Ses yeux lourds et plissés tranchent radicalement avec ceux qui donnent aujourd'hui leur nom à son 17e long métrage, ces énormes mirettes globuleuses qui peuplent les tableaux de Margaret Keane, chantre d'un style toc et kitsch décliné en posters dans tous les salons des suburbs américains à l'orée des sixties, femme discrète et mystérieuse au coeur d'un sidérant cas de fraude artistique qu'elle révéla la décennie suivante. Signées "Keane", ses peintures étaient jusque-là attribuées à son mari, Walter, artiste médiocre mais vendeur-né et roublard de première ayant décrété qu'il était commercialement préférable d'en prendre tout le crédit. L'occasion pour le réalisateur d'Ed Wood de repasser ses thèmes fétiches de la création, de la passion, de l'innocence et de la monstruosité à la moulinette d'un biopic étonnamment classique, sobre et linéaire. Explications.
...