Hyphen Hyphen
...

Hyphen Hyphen "Times" DISTRIBUÉ PAR WARNER. 7 L'anecdote n'est pas si anodine qu'elle n'y paraît. Quand on rencontre les quatre jeunes gens de Hyphen Hyphen, le rancard est fixé à 9 h. Du matin. A cette heure-là, normalement, aucun groupe n'est levé, a fortiori en état de démarrer une journée d'interviews. Le quatuor est pourtant bien au rendez-vous, affable et disponible. Avec son premier album, et surtout Just Need Your Love, single tournant en haute rotation aussi bien sur les ondes françaises que sur Pure FM ou même Studio Brussel, Hyphen Hyphen a mis un pied dans la porte. Et est bien décidé à y passer le deuxième. Dans la langue française, l'ambition a toujours été un mot légèrement suspect. Pas chez Hyphen Hyphen. Dès le départ, Santa (chant), Adam (guitare), Line (basse) et Zaccharie (batterie) ont voulu viser haut. Santa:"Quand on a formé le groupe, on s'est tout de suite mis d'accord sur le fait que l'on voulait pousser les choses le plus loin possible." Peut-être parce que Hyphen Hyphen est leur tout premier groupe; peut-être aussi parce qu'ils viennent de Nice, "une ville sans réelle scène musicale forte", le fait est que les quatre fantastiques (une moyenne d'âge de 22 ans à peine) semblent avancer tête baissée, leur sincérité en étendard, sans vraiment tenir compte des codes de bonne conduite. Fondamentalement, la démarche est pop, en anglais dans le texte: le genre de parti pris qui a longtemps représenté un obstacle pour les formations de l'Hexagone. Certes, entre-temps, le succès d'un groupe comme Phoenix a changé pas mal la donne. La fougue et le premier degré avec lesquels Hyphen Hyphen balance ses refrains "bigger than life" en font pourtant un cas à part, si peu français finalement. Pour info, on note d'ailleurs que la mère de Santa est américaine. Et que la chanteuse a travaillé sa voix avec Guy Roche, producteur US présenté comme le coach vocal de Beyoncé... De fait, le grain éraillé de Santa occupe une place centrale dans la musique de Hyphen Hyphen, symbole de l'élan tempétueux qui anime le groupe. Quelque part entre Pink (en mode disco sur Stand Back) et Beth Ditto, la chanteuse sonne la charge, pas très loin de la harangue gospel. En cela, elle illustre bien le nom du groupe, qui désigne en anglais le trait d'union. Zaccharie: "Ce qu'on recherche, c'est retrouver l'énergie des concerts, quand elle se transforme en une sorte de grande communion, ce truc presque religieux où tout le monde se retrouve dans le même élan."Avec son premier album, Hyphen Hyphen est donc "en mission", bien décidé à convaincre, encore et toujours, avec un entêtement impressionnant. Et cela marche. Aux premiers abords, les chansons du groupe semblent pourtant céder un peu trop facilement à certaines tendances pop du moment, lorgnant sur des blockbusters comme Florence & The Machine ou London Grammar. Mais Hyphen Hyphen y met une telle frénésie que la sincérité du geste peut être difficilement remise en cause. On ne dit pas que ce mélange d'innocence et d'énergie têtue suffira à tracer une carrière. Pour l'instant, il permet toutefois aux jeunes Français de réussir un premier album prometteur. La folie des candeurs, titrait ainsi Libération. Pas mieux... EN CONCERT LE 18/02, À LA SALLE DE LA MADELEINE, BRUXELLES. LAURENT HOEBRECHTS