Notre envoyé spécial à Angoulême peut en témoigner (lire le dossier page 38), ce n'était pas la grande joie à la kermesse annuelle de la bande dessinée. La ville avait la gueule de bois avant de commencer la fête. La faute aux attentats de Charlie Hebdo bien sûr. Mais pas seulement. Le monde de la BD traverse une crise profonde. D'une ampleur comparable à celle qui a mis à genou l'industrie du disque il y a dix ans et donne des aigreurs d'estomac aujourd'hui au cinéma.
...