Laurent Garnier
...

Laurent Garnier "la HOME box" DISTRIBUÉ PAR F COM/PIAS. 7 C'est le genre de personnage à redonner la foi au dernier des blasés. A 49 ans, Laurent Garnier a encore et toujours l'enthousiasme des débutants. Une arme de destruction massive contre le cynisme ambiant. Le Français aurait pourtant tout le loisir de se reposer sur ses lauriers et son principal titre de noblesse: celui de parrain de la French Touch. Une distinction officieuse un peu bancale et trop fourre-tout que pour être tout à fait correcte, mais qui a le mérite de rappeler au moins un fait incontestable: celui de pionnier de la dance music en France. L'histoire est connue: appelé sous les drapeaux pour faire son service militaire, Laurent Garnier est affecté à l'ambassade de France à Londres, commence à mixer le soir, jusqu'à se retrouver aux platines de la mythique Haçienda de Manchester. De retour en France, il n'aura de cesse de semer la bonne parole, organisant des soirées, montant le label F-Com... La scène électronique française aurait-elle été la même sans lui? Probablement pas. Aujourd'hui, Garnier multiplie toujours les projets (le live LBS, des maxis, une musique de ballet...) et continue de donner des DJ sets marathon à l'éclectisme bluffant. Son livre Electrochoc, sort cette année pour la première fois en anglais, en même temps qu'une nouvelle version française augmentée. L'info a été par ailleurs confirmée: le tournage de son adaptation pour grand écran débutera bien cette année... Pour autant, cela faisait un moment que Garnier n'avait plus sorti de véritable album. Depuis 2009 en fait et Tales Of A Kleptomaniac. Comme sur la plupart de ses autres efforts longue durée, le bonhomme en profitait alors pour mélanger ses différentes marottes, plutôt que d'enchaîner les bombinettes dance-floor. Quitte à parfois s'éparpiller. Six ans plus tard, il sort la HOME box, qui prend le problème à bras le corps. Pour mieux l'envoyer valser. La démarche est à la fois complexe et très simple. Puisque le Français ne pouvait se résoudre à une seule ligne musicale, il y est allé de cinq EPs/maxis, proposés à cinq labels différents: Still Music à Chicago, Musique Large, 50 Weapons (l'autre label de Modeselektor), MCDE (Motor City Drum Ensemble) et les Anglais d'Hypercolour. Rassemblés dans une seule boîte, ils constituent la HOME box. Pressée en vinyles, sur le label F-Com (remis en mouvement pour l'occasion), elle a été éditée à 1000 exemplaires seulement, aujourd'hui tous écoulés... Pour diminuer (un peu) la frustration de ceux qui seraient passés à côté, voici que sort une version CD. Elle est nettement plus courte (dix titres à peine), mais unique malgré tout en ce qu'elle propose cinq inédits... Par la force des choses, l'album continue de mélanger les genres: basse French Touch (Psyche-Delia), riff de piano house (Bang), percus afro (Boom (Chakolak)), guitare ballearic (le remix de The Rise & Fall Of The Donkey Dog), martèlement techno (ENCHANTé)... Dit comme cela, Laurent Garnier semble avoir à nouveau loupé son pari. Paradoxalement, en se dédiant quasi entièrement au dancefloor, comme l'exige plus ou moins implicitement le format maxi de départ, la HOME box sonne pourtant comme l'un des efforts les plus cohérents d'un mec toujours aussi passionné. LAURENT HOEBRECHTS