Minisérie policière au ton parodique et loufoque signée Bruno Dumont, P'tit Quinquin avait pris tout le monde par surprise en 2014, lors de sa première diffusion sur Arte. Le réalisateur de L'Humanité (Grand Prix du Jury à Cannes en 1999) ne nous avait jamais franchement habitués, il est vrai, à...

Minisérie policière au ton parodique et loufoque signée Bruno Dumont, P'tit Quinquin avait pris tout le monde par surprise en 2014, lors de sa première diffusion sur Arte. Le réalisateur de L'Humanité (Grand Prix du Jury à Cannes en 1999) ne nous avait jamais franchement habitués, il est vrai, à un style rigolard. " C'est du Zola, mon commandant", lâche le lieutenant Carpentier à son supérieur, le commandant Van der Weyden, devant le cadavre d'une vache gisant dans un bunker et renfermant des restes de femme dans ses entrailles. Assistant à la scène avec ses copains, P'tit Quinquin, tête trop ronde flanquée d'un sonotone, cheveux d'une blondeur de blé, nez en patate, visage traversé d'un bec-de-lièvre, sera aux premières loges durant les quatre épisodes de cette enquête menée avec perte et fracas par le duo de flics le plus improbable de l'Histoire de la télé. Qui est cet étrange meurtrier qui s'est donné pour mission de faire le tri parmi les damnés du règne animal? Bruno Dumont filme toujours avec amour et tendresse ces gueules déboulonnées du Boulonnais (tous comédiens non professionnels, tous des têtes de coupables). Un exercice de style réussi, d'une drôlerie qui emporte flics, racistes, puissants, religions dans un même rire de mouette, et flanque quelques coups de coude aux travers d'un monde si mal sous tous rapports.