C'est un peu comme un envoûtement. Un sort qu'on aurait lancé à nos oreilles d'Occidentaux. Depuis l'avènement populaire de Vampire Weekend, on entend des sonorités africaines tout le temps et partout. De Yeasayer à Foals, d'Animal Collective à Akron Family, de Buraka Som Sistema à Local Natives en passant par Franz Ferdinand qui se prédisait un virage afro beat et s'est contenté d'un afro single voire d'une afro guitare, le continent de la brousse et des paillotes contamine, avec souvent beaucoup de bonheur ces dernières années, la pop et le rock indé.
...